Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Conférence sociale : quelles pistes pour réformer les retraites ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Comment permettre au régime de retraites d'atteindre l'équilibre d'ici 2020 ? C'est l'une des questions qui seront au coeur de la conférence sociale qui débute ce jeudi. Le rapport rédigé par Yannick Moreau et remis entre les mains du Premier ministre vendredi dernier propose un large éventail de solutions pour y arriver.

Les salariés devront travailler plus longtemps et les entreprises cotiser davantage, entre autres
Les salariés devront travailler plus longtemps et les entreprises cotiser davantage, entre autres © Maxppp

Le déficit cumulé de l'ensemble des régimes de retraite (public et privé) devrait atteindre 20 milliards d'euros en 2020, si rien n'est fait d'ici là. Le rapport Moreau, remis à Jean-Marc Ayrault vendredi dernier, suggère de réaliser 7 milliards d'économies au total. Pour cela, il ratisse large et aborde des sujets potentiellement explosifs, comme la durée, le montant des cotisations ou la fiscalité sur les retraités. L'effort imaginé reposerait pour 2/3 sur les actifs, pour 1/3 sur les retraités. Attention, ces pistes ne sont pour le moment que des hypothèses de travail, et le gouvernement annoncera ses choix ultérieurement, notamment après en avoir débattu avec les partenaires sociaux lors de la conférence sociale qui débute ce jeudi et se prolongera vendredi. Le gouvernement a toutefois annoncé que ces discussions ne seront qu'une concertation, et pas des négociations en vue d'un accord.

Pour les actifs : travailler plus/cotiser plus

Ça n'est pas une surprise, puisque ces éléments reviennent dans le débat à chaque projet de réforme : le rapport préconise de jouer sur la durée et le montant des cotisations.

Durée - Les actifs cotisent actuellement 41,5 ans. Le rapport propose deux solutions. Soit une augmentation "rapide" à 43 ans pour la génération née en 1962, puis 44 ans pour celle née en 1966 (gain en 2020 : 600 millions d'euros). Soit une augmentation plus douce, en allongeant la durée d'un trimestre toutes les deux générations jusqu'à 42,25 ans pour les générations nées entre 1961 et 1962 (gain en 2020 : 200 millions d'euros).Montant - En augmentant les cotisations d'assurance-vieillesse, le rapport affirme pouvoir dégager 2,6 milliards d'euros. La hausse (0,1% par an pendant 4 ans) serait répartie à parts égales entre salariés et employeurs.Pas de tabous pour Yannick Moreau, qui évoque comme attendu le mode de calcul des retraites des fonctionnaires . Ce dernier prend en compte les six derniers mois de salaire, contre les 25 meilleures années pour le privé. Pourquoi ne pas modifier la durée prise en compte dans la fonction publique, et y intégrer tout ou partie des primes reçues ? "Dans un souci d'équité et de lisibilité", le document ne se l'interdit pas, sans aller plus loin.

Pour les retraités : payer plus d'impôts

Les retraités ont été relativement épargnés par les précédentes réformes, et le rapport propose du coup un ensemble de mesures fiscales les concernant.A commencer par une hausse de la CSG . Cette dernière est réduite pour les retraités (6,6%) et le rapport suggère de l'aligner sur celle des actifs (7,5%) pour gagner 2 milliards d'euros à l'horizon 2020.Parmi les autres solutions envisagées, une sous-indexation "exceptionnelle" du montant de certaines pensions de retraites (c'est à dire faire en sorte que l'évolution de ces montants ne soit plus alignée sur l'inflation durant un temps). L'ensemble de ces mesures fiscales, destinées à mettre fin à des abattements, pourrait rapporter entre 500 millions et 2,7 milliards d'euros.

Une touche d'espoir

Est-ce pour tenter d'atténuer les remous qu'il va provoquer ? Le rapport se conclut sur une note plus positive. Après 25 ans de cauchemar dûs "aux nombreux départs à la retraite des générations du baby-boom et à l'allongement de l'espérance de vie, il promet un avenir "plus dégagé". Ces deux effets conjugués rendent l'équilibre financier complexe mais la situation sera "plus stable" après 2035 , assure Yannick Moreau. 

Retraites : les grandes réformes
Retraites : les grandes réformes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess