Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Conséquences et enseignements de l'incendie d'août 2012 à Lacanau

vendredi 16 août 2013 à 6:00 Par Marion Dubreuil, France Bleu Gironde

Nous vivons cette année un été exceptionnel, les pompiers n'ont enregistré que 178 départs de feux pour 33 hectares impactés. Rien à voir avec l'an dernier, rappelez vous, le 16 août 2012, un incendie s'était propagé sur la forêt de Lacanau avant de réduire en cendre 650 hectares de surfaces boisées.

Feu forêt incendie Lacanau 0812
Feu forêt incendie Lacanau 0812 © Radio France - Martin Cotta

650 hectares de forêts détruits

Le 16 août 2012, un incendie s'est propagé sur les surfaces boisées de Lacanau en Médoc. 650 hectares de forêts sont partis en fumée. C'est un bilan plus lourd encore que celui de 2011 (300 hectares).

200 pompiers ont été mobilisés sur le terrain , il leur a fallu deux jours pour circonscrir le feu. Il faut dire que les moyens aériens avaient tardé à intervenir. Ce qui avait créé la polémique.Les canadairs ne sont intervenus que 3 heures après le déclenchement de l'incendie.

Un an après, l'origine du sinistre ne fait plus de doute . Il s'agirait d'une cigarette jetée par la fenêtre d'un véhicule. Bruno Lafon, le président de l'association Défense de la forêt Contre les Incendies** répète cette année encore: "la cigarette est une arme à feux"**

"L'imprudence humaine - le mégot de cigarette, ou la bouteille laissée après le pique-nique- a des conséquences dramatiques pour la forêt" (bruno Lafon, président de la DFCI)****

Les enseignements de 2012 

Pour ne pas revivre la catastrophe de 2012, la préfecture a fait pression auprès de la Sécurité Civile pour obtenir des moyens aériens sur place en prévention.

"On tire toujours une expérience. Il ne faut pas que les avions arrivent après, il faut qu'ils soient prépositionnés" (Bruno Lafon, président de la DFCI)

Deux canadairs sont ainsi postés à Mérignac lorsque le risque de feux de forêt est qualifié de "sévère" . Une nouveauté qui permet de prendre de l'avance sur l'éventuel incendie. Des moyens d'autant plus nécessaire cette année, que de nombreuses zones forestières ne sont pas praticables à cause des pluies de printemps.

Les canadairs sont déjà intervenus sur des incendies. Mais pour le moment la Gironde n'a pas connu d'incendies se propageant au delà de 2000m². Ce qui ne veut pas dire qu'il y a eu moins de départs de feux cette année.

"Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas eu de grands feux cette année, qu'il n'y en a pas. Restons prudents" (Bruno Lafon)

Des zones boisées toujours sinistrées

Jean-Michel Landureau a perdu 103 hectares de pins - Radio France
Jean-Michel Landureau a perdu 103 hectares de pins © Radio France - Marion Dubreuil

La zone forestière ravagées par les incendies de 2012 est une zone essentiellement privée. Un an après le drame, c'est au propriétaire d'en assumer la responsabilité financière s'ils ne sont pas assurés. Ce qui est le cas de la majorité des personnes concernées.

"On voit bien le problème qu'il y a avec les assurances agricoles après la grêle, et bien c'est encore pire en forêt. Et nous avons ce risque permanent sur la forêt" (Bruno Lafon)

Aujourd'hui, les zones sinistrées ont été déboisées, mais pas encore ressemées. Il y a de toutes manières un délai incompressible avant de remplanter. Et le coût de l'opération est important. Il faut compter 1 500 euros environ par hectare.

"Les propriétaires forestiers paient déjà 2,30 euros par hectare et par an pour les pistes et les points d'eau afin que les pompiers interviennent le plus vite possible." (Bruno Lafon)****

Il faudra attendre 4 ans avant de voir repartir la forêt. Et ça désole Jean-Michel Landureau. Et pourtant le défi qui attend ce sylviculteur est de taille. Il a perdu la totalité de son domaine forestier dans l'incendie d'août 2012. Ca représente 103 hectares de surfaces boisées.

"Quand je suis arrivé et que j'ai vu cette désolation j'ai été très ému et peiné. Autrefois, la forêt était vivante et variée. Aujourd'hui il n'y a plus que des jeunes pins" (Jean-Michel Landureau, sylvicuteur)

Jean-michel Landureau, sylviculteur à Lacanau: "C'est 25 ans de travail partis en fumée"

Capitaine Sébastien Castel, SDIS 33: "Désormais, on a 6 niveaux de risques pour facilier l'arbitrage au niveau national"