Côte-d'Or : à La Rochepot, un parc de loisirs pour ressusciter la Nationale 6

Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne lundi 27 avril 2015 à 5:30

"Aujourd'hui, le Relairoute de Bel-Air est un peu dans son jus", s'amuse Jacques Le Disez, fondateur du projet.
"Aujourd'hui, le Relairoute de Bel-Air est un peu dans son jus", s'amuse Jacques Le Disez, fondateur du projet. © Radio France - Marion Bastit

A La Rochepot, au sud de Beaune (Côte-d'Or), vous pourrez bientôt vous replonger dans l'ambiance de la Nationale 6. Une poignée d'entrepreneurs locaux veut créer "Vintage Bel-Air", un parc de loisirs consacré à cette route mythique, celle des départs en vacances vers le sud. Il devrait voir le jour au printemps 2018.

Vous connaissez sûrement l'aire de repos Bel-Air, sur les hauteurs de La Rochepot (Côte-d'Or), au bord de l'ancienne Nationale 6, devenue depuis la Départementale 906. Entre 1950 et 1970, de nombreux Parisiens sur la route des vacances s'y sont arrêtés, avant de repartir en direction du Sud. C'est derrière cette station, sur un terrain de vingt-neuf hectares, que devrait voir le jour Vintage Bel-Air , un parc de loisirs consacré à la Nationale 6. Financé par vingt-quatre chefs d'entreprise locaux, soutenu par la communauté d'agglomération Beaune-Côte-et-Sud et la région Bourgogne, il devrait coûter sept millions d'euros.

L'ancien Relairoute sera restauré dans l'esprit des années 50.

 

Fin de soirée au Relairoute

L'ancien Relairoute de Bel Air, qui appartient à la communauté d'agglomération, doit être rénové pour accueillir du public dans un cadre inspiré des années 50. "Dans les années 50-60, c'était un lieu extrêmement animé", rappelle Jacques Le Disez, le fondateur du projet.

"Le Relairoute de Bel-Air, c'est un lieu chargé d'histoire pour les Beaunois" Jacques Le Disez, fondateur du projet

"C'était ouvert 24 heures sur 24, sept jours sur sept, et comme on est sur un plateau à plus de 500 mètres d'altitude, la nuit ça se voyait, il y avait un halo lumineux, et tous les jeunes Beaunois venaient terminer la nuit ici après les bals le samedi."

La boucle de près de deux kilomètres serpentera à travers 29 hectares de végétation.

Derrière la station, les amateurs de voitures anciennes pourront rouler sur une portion de la Nationale 6 de près de deux kilomètres, reconstituée à l'identique. Ils y retrouveront les fameuses lignes jaunes, mais aussi les panneaux routiers et les publicités de l'époque, le tout au milieu de la végétation.

 

Réparer les voitures anciennes

Frédéric Jangot, scénographe, a pioché dans sa mémoire pour imaginer le décor. "On partait en vacances avec nos parents en Frégate ou en 4 CV, se souvient-il. "On a ce souvenir de la voiture qu'il fallait laisser sur le bord de la route refroidir, des pique-niques qu'on faisait sur le bord de la route... Et puis à chaque fois, le départ, c'était un évènement. C'était aussi lié aux incertitudes sur la qualité de la voiture."

"A chaque fois, le départ, c'était un évènement" Frédéric Jangot, scénographe

Il y aura justement un pôle technologique dédié à la réparation des voitures anciennes, ainsi qu'un centre pour former des mécaniciens et carossiers spécialisés en voitures anciennes. Ce pôle sera aussi tourné vers l'avenir, avec l'obejctif de devenir la première base de ravitaillement pour les voitures électriques en Europe.

"On a tous des souvenirs de pique-niques au bord de la route", raconte Frédéric Jangot, scénographe.

A terme les porteurs du projet aimeraient bien proposer un drive-in pour regarder des films d'époque dans sa voiture, un camping rétro avec caravanes d'époque et même un hôtel vintage. Frédéric Jangot imagine même des cours de twist sur écran géant.

 

Nostalgie des Trente glorieuses

"L'image que nous avons de cette époque, c'est quand même que c'étaient des années joyeuses, optimistes, souligne Jacques Le Disez. D'ailleurs les couleurs flashy, les formes rondes du design prouvent bien qu'à cette époque, il y avait un optimisme, une confiance dans l'avenir."

"La Nationale 6, c'étaient des années joyeuses, optimistes" Jacques Le Disez, fondateur du projet

"C'est de tout cela dont nous avons la nostalgie, et que nous avons envie de revivre. S'il y a une telle attirance pour le vintage, le rétro, c'est qu'il y a une identification à l'optimisme qui caractérisait cette époque." Le parc devrait ouvrir huit mois sur douze, et ses fondateurs espèrent attirer 50 000 visiteurs par an. Entre la mécanique, la restauration, les caisses, etc, Vintage Bel-Air devrait créer une cinquantaine d'emplois locaux. Les travaux pourraient commencer dès fin 2016.

La Nationale 6 est-elle toujours mythique ? C'est la question qu'on vous pose ce lundi matin sur France Bleu Bourgogne. Seriez-vous prêt à faire un crochet par l'ancienne Nationale 6 ? Quels souvenirs gardez-vous de cette époque ? Appelez-nous dès 8h15 ce lundi au 03 80 42 15 15 .

 

EN SAVOIR PLUS

 

DOCUMENT