Coup de filet dans quatre camps de Roms de l'agglomération grenobloise pour démanteler un réseau de proxénétisme

Par Véronique Saviuc, France Bleu Isère mardi 25 février 2014 à 11:26

Gendarmerie (illustration)
Gendarmerie (illustration) © Maxppp

140 gendarmes appuyés par 40 policiers ont fait une descente dans des campements de roms, trois à Grenoble et un à Saint-Martin d'Hères, dans le cadre d'une instruction pour "proxénétisme aggravé et traite des êtres humains" ouverte il y a quelques mois. Cinq suspects sont actuellement en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Grenoble.

L'opération a commencé à six heures ce matin dans quatre camps de Roms de l'agglomération grenobloise. 140 gendarmes et 40 policiers se sont déployés à Grenoble rue Eugène Boussant à Europole, rue Anatole France près du quartier Mistral, rue Antoine Polotti près du boulevard Clémenceau et à Saint-Martin-d'Hères, rue Saint-Just.

Les forces de l'ordre intervenaient dans le cadre d'une instruction ouverte il y a quelques mois pour "proxénétisme aggravé et traite des êtres humains".

Ce coup de filet est l'aboutissement de long mois d'investigations de la Brigade de Recherche de la Gendarmerie de Grenoble, dans une affaire sensible pour la population. Des grenoblois se plaignent régulièrement de la présence de prostituées, parfois très jeunes, sur la voie publique. 

Les gendarmes ont interpellé 5 suspects actuellement interrogés en garde à vue mais aussi plusieurs dizaines de femmes prostituées entendues comme victimes par les enquêteurs pour mieux comprendre comment fonctionnait le réseau. Certaines ont été relâchées rapidement.

 

Partager sur :