Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

La Relance Eco : les cinés de Côte-d'Or en plein film d'horreur

-
Par , France Bleu Bourgogne

Au moment où le cinéma Darcy à Dijon ferme ses portes pour laisser passer l'orage économique, tous les établissements côte-d'oriens souffrent d'une baisse de fréquentation. La faute au corona, et à une programmation loin d'être alléchante.

Le cinéma Le Darcy à Dijon ferme ses portes au mois d'août, pour rasions économiques
Le cinéma Le Darcy à Dijon ferme ses portes au mois d'août, pour rasions économiques © Radio France - Arnaud Racapé

Avis de tempête pour les cinémas côte-d'oriens : moins 50%, parfois moins 70%, la fréquentation post-confinement n'est pas à la hauteur des espérances. De nombreux spectateurs, même habitués des salles obscures, rechignent toujours à revenir payer leur place.

Un retour au cinéma ? Quand le corona aura disparu !

Jean-Baptiste, Dijonnais et jeune papa de deux enfants, ne se voit pas y aller : "avec la propagation du virus par aérosol, ça ne me donne pas envie d'y aller du tout, même séparé par un siège des autres personnes, dans un _endroit confiné_, je n'y vais pas ! 

Pour Brigitte, même combat : cette côte-d'orienne à la retraite dit "non", tout simplement. "C'est non parce que confinement ! Moi je trouve que c'est un milieu trop clos, ça ne suffit, pas le masque ! J'y retournerai _quand le corona aura disparu !_". La période de confinement a également laissé son empreinte dans les esprits, si bien que Patricia et Mélanie préfèrent respirer à l'air libre cet été. "On a juste envie de prendre l'air et de rester en extérieur après trois mois confinée ! Peut-être qu'il y aura des expériences de cinéma en plein-air, pour le coup ce serait chouette de voir cela se développer à nouveau."

Les blockbusters absents des écrans

Difficile pour les cinés côte-d'oriens de rivaliser avec les plateformes de streaming et leur catalogue long comme le bras, quand l'été se passe sans gros film porteur : "On attendait beaucoup de _Mulan_", confirme par exemple Emilie Bruno, la directrice du CGR de Beaune. "Mais il n'ya  plus de date de sortie, donc on est dans l'attente." Même chose pour Tenet, le nouveau film de Christopher Nolan, repoussé au 24 août. En temps normal à cette époque, les six salles du CGR font 400 entrées par jour, voire plus les weekends, mais ce n'est pas un époque normale, la fréquentation est divisée par deux et il faut s'adapter : "On a diminué nos séances, donc moins de personnels. Je suis toute seule pour la projection, pour la caisse et le bureau !"

A Montbard, le Phénix en sursis ? 

Certes moins contraints que les grands complexes, les cinémas plus ruraux comme le Phénix à Montbard, souffrent aussi de cette situation. En particulier les associations qui bien souvent gèrent ces établissements. "La fréquentation est en berne", confirme Didier Roland, le président de l'association Ciné-Cité. "En analyse très rapide, on a un public d'adhérents et d'habitués, on a un frémissement sur les comédies françaises, mais c'est à peine notable."

Alors doit-on craindre une fermeture temporaire du Phénix ? Ce n'est pas à exclure, selon Didier Roland. "On a pris la décision de poursuivre jusque fin août, et on va se reposer la question prochainement, pour regarder ce qu'on peut faire. Sachant qu'avec un mono-écran comme c'est le cas à Montbard, il n y'a pas vraiment de mesure intermédiaire pour éviter les frais. C'est-à-dire que soit on fait nos séances normalement, soit on ferme. "

A Saulieu, les aides de l'Etat précieuses, mais pas éternelles

Même chose à Saulieu, où le cinéma Etoile fait face lui aussi à une dégringolade du nombre de spectateurs. Olivier Thiébaud, bénévole, espère une reprise rapide, pour compenser la disparition annoncée des aides de l'Etat. "Les dispositifs d'aides ont été présents et efficaces entre le chômage partiel pendant la période de confinement et le fonds de solidarité pour les très petites entreprises. Ça nous a permis de ne pas creuser le déficit. En revanche maintenant qu'on est repassés sur une activité courante, il faut que cela puisse être compensé par des recettes, pour pouvoir payer les salariés."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess