Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

EXCLU - Akhenaton se confie sur la crise du coronavirus, la musique et l'OM en temps de confinement

-
Par , France Bleu Provence

Dans un long entretien à France Bleu Provence, le chanteur et leader du groupe IAM se confie sur la manière dont il vit le confinement, sur cet album qu'il prépare, sur sa famille qu'il retrouve... Entretien exclusif.

Akhenaton se confie sur france bleu provence
Akhenaton se confie sur france bleu provence © Maxppp - maxppp

Dans un long entretien à France Bleu Provence, le chanteur et leader du groupe IAM se confie.

Comment avez vous vécu le début de ce confinement ?

Cette longue période de confinement a commencé alors qu’on était en tournée. Ça a été compliqué de passer de la scène, à jouer devant des gens, être occupé toute la journée à faire des concerts et puis, d’un coup on passe à une forme de calme absolu. Compliqué au début donc, et puis on essaie de trouver ce qu'il y a à faire de bien dans le cadre de cette obligation de confinement. 

Moi je fais de la musique et je prépare un album qui va être disponible gratuitement en streaming autour du 11 mai.

Ça aide à passer le temps et puis c’est aussi l’idée d’offrir quelque chose aux gens et notamment ceux qui devaient assister à nos concerts

De quoi va parler cet album ? De l’épidémie, du confinement ?

Ça parle de beaucoup de sujets qui ont rapport avec la vie tout court. Le confinement, ça ne change rien pour moi et j'en parle dans un morceau. Ça change pas en tous cas mes convictions et ça n'affecte pas ma raison. Et ma raison me dit que c’est une crise qu'on a médiatiquement surestimée. Même s’il y a des morts et c'est très triste, on a déjà eu à faire par le passé à des crises comme celle-là, qui sont passées complètement inaperçues. Alors si cette crise qui frappe le monde entier, dure plusieurs mois et tue, par la famine, des millions de gens, je pense que la balance ne sera pas terrible.

Ça veut dire que vous êtes de ceux qui attendent avec impatience le déconfinement, le 11 mai ? 

Non pas du tout, j’ai même tendance à respecter les consignes à la lettre, mais je pense qu’il y aura des leçons à retenir de cette crise pour faire en sorte que si jamais un épisode comme celui-là se représente, et ça risque d'être rapide à l'échelle mondiale, on ne va pas se confiner chaque année pour des virus qui sont des milliers dans la nature.

Le monde de la culture, du spectacle risque de souffrir de cette pandémie. Ça vous inquiète ?

Ça me fait très plaisir que vous en parliez parce que je trouve qu’on n’évoque pas suffisamment un secteur qui emploie 1,5 million de personnes. Et malgré ça, à chaque fois, on est la dernière roue de la charrette ! Pourquoi ? Parce qu’à l’image des footballeurs-milliardaires, on est considérés par des caricaturistes en bois, comme des chanteurs millionnaires. 

Quand j’entends le discours du Premier ministre ou du président, la question de la culture n'est jamais abordée, on est dans le flou le plus total.

Ce qui va se passer, c'est que pour des milliers d’intermittents du spectacle, ça va être un problème énorme, pour les responsables de festivals ça va être un problème énorme de boucler leur budget 2020. Il va y avoir une sorte de lame de fond culturel qui va faire disparaître de nombreux événements en France.

Le gouvernement ne fait pas bien son travail, d’après vous ? 

C’est un problème pour la quasi-totalité des pays dans le monde. Moi, je ne jette pas la pierre au gouvernement actuel, c'est l'héritage de tous les gouvernements d'après-guerre et de leur manière de gérer les crises sanitaires, de défendre une médecine unique, cette médecine où l’on prescrit des médicaments. Quand on en a besoin de six, on va à la pharmacie et on achète un paquet de 44 gélules, pour finalement en jeter la majorité.

Cette période de confinement est-elle l’occasion de resserrer les liens sociaux ?

Moi je trouve que c'est génial à ce niveau là. Honnêtement, je n'ai jamais reçu autant de messages d'empathie que dans cette période, on s’appelle : "Salut ça fait un moment, comment tu vas ?" 

J’ai bien peur qu’après le confinement, ce soit Règlement de comptes à OK-Corral.

C’est pareil avec la famille et les enfants : on se retrouve à parler pendant des heures de sujets qu’on avait pas le temps d’aborder auparavant et même si c’est à travers des téléphones ou des ordinateurs, il faut faire en sorte qu’il en reste quelque chose après la crise. Malheureusement, j’ai bien peur qu’après le confinement, ce soit un règlement de comptes à OK-Corral et qu'on débouche sur quelque chose d'encore moins bien qu'avant. 

Et l’Olympique de Marseille qui retrouve la Ligue des champions la saison prochaine grâce à l’arrêt prématuré du championnat, ça vous met en joie ? 

Quoi qu’il en soit, c’est quand même magnifique, parce que je vais vous dire la vérité :ça n’est pas pour jouer l’intello qui passe à la radio, mais honnêtement, le football à la télévision ça me manque carrément. Après, l’OM, j'espère qu'on sera suffisamment armé pour l’Europe, qu'on ne refasse pas le coup de la saison où on s’était retrouvé face à Arsenal et Dortmund et qu'on avait finit avec zéro point. 

Bonus

"Quand est ce qu'on s'aime ?" Un clip d'IAM sorti jeudi et réalisé par des étudiants de l'école AIS à Marseille.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess