Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'Astrolabe d'Orléans accueille un concert ce soir pour la première fois depuis mars

-
Par , France Bleu Orléans

Pour la première fois depuis mars et le début de la crise sanitaire, L'Astrolabe d'Orléans rouvre ses portes ce soir. Néanmoins, il faudra respecter un protocole sanitaire strict.

Matthieu Duffaud, programmateur de l'Astrolabe à Orléans
Matthieu Duffaud, programmateur de l'Astrolabe à Orléans © Radio France - Julien Raymond

A l’Astrolabe d'Orléans, on finalise encore les derniers réglages avant le concert de ce jeudi soir. 66 spectateurs exactement sont attendus pour apprécier les notes de rock des groupes Mars Red Sky et Little Jimmy. La salle orléanaise aurait même pu en accueillir 570 mais la situation sanitaire actuelle impose un protocole strict. Le public sera réparti par table de quatre personnes et devra rester assis. Le masque sera obligatoire pour se déplacer, il n'y aura pas de vestiaire et il faudra respecter un sens de circulation. Même avec des règles sanitaires strictes, Matthieu Duffaud, programmateur à l’Astrolabe tient à préserver le plus de convivialité possible. "L’idée est que les gens puissent être autour de la table et partager un verre avec leur groupe d’amis tout en regardant le concert en même temps". 

L’Astrolabe souhaite continuer à alimenter l’offre culturelle d’Orléans malgré la pandémie de Covid-19. C’est une nécessité pour que le monde de la culture ne disparaisse pas totalement avec la crise traversée. "On essaye de garder un certain équilibre, de continuer à faire vivre les techniciens tout en proposant des concerts. Le public en a besoin", explique Matthieu Duffaud.

Des aides de l'Etat pour compenser les pertes de billetterie

S’il reconnait que cette nouvelle formule de concert est loin d’être rentable, Matthieu Duffaud peut compter sur l’aide des pouvoirs publics. "L’Etat donne des fonds au Centre national de la musique. C’est un organisme qui va aider les structures comme les nôtres. On pourra les solliciter pour compenser nos pertes de billetteries". 

D’ici la fin du mois de décembre,  10 autres concerts du même type seront proposés à l’Astrolabe. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess