Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La bataille de Hausbergen et le Chevalier Liebenzeller

-
Par , France Bleu Elsass, France Bleu Alsace

Le 8 mars 1262, la ville de Strasbourg mène une bataille contre son évêque et fait le premier pas vers la République Libre de Strasbourg, grâce au chevalier Reinbold Liebenzeller.

La statue du chevalier Liebenzeller place des Tripiers
La statue du chevalier Liebenzeller place des Tripiers

Réécoutez Pierre Nuss vous raconter la Bataille de Hausbergen

Début mars 1262, ça sent le boudin pour l’évêque de Strasbourg, Walter de Geroldseck, qui essaie de mater depuis deux ans la ville de Strasbourg. Après de nombreuses tensions avec les bourgeois, il veut faire rentrer tout le monde dans le rang à grands coups d’excommunication, de blocus, des interdits. Il ne fait qu’énerver encore plus les bourgeois. Une bataille semble s'imposer. Elle aura lieu à Hausbergen, actuellement Oberhausbergen, le 8 mars 1262. La moitié de la garnison de Strasbourg, conduite par le chevalier Reinbold Liebenzeller, se rend à Mundolsheim, à l'extrémité nord de la colline de Hausbergen, et abat le clocher dont on craint qu'il serve de vigie. L’évêque est averti et se met en route avec son armée : 300 chevaliers et 6000 fantassins. 

Liebenzeller envoie des messagers à Strasbourg pour appeler des secours. Lui-même monte alors sur la colline de Hausbergen avec ses archers et arbalétriers et attend les renforts. Lorsque le reste de la garnison est en vue, Liebenzeller se remet en marche et contourne le village d'Oberhausbergen. L'évêque croit qu'il essaie de revenir vers Strasbourg, et pense pouvoir l'écraser avec sa cavalerie. L’infanterie de l’évêque est en retard. Sa cavalerie charge quand même. Quelques bouchers et pelletiers strasbourgeois sont chargés de couper les jarrets des chevaux ennemis, faisant tomber les chevaliers en armure. On parle de 1 300 tués parmi la piétaille épiscopale, de 70 chevaliers morts, de 86 nobles capturés alors que les Strasbourgeois n’auraient qu’un seul mort à déplorer, un boucher du nom de Bilgerlein, fait prisonnier et massacré à Geispolsheim après la bataille !

L’évêque est obligé de fuir et se retire à Molsheim, abandonnant ses prérogatives sur la cité. Strasbourg deviendra Ville Libre du Saint-Empire, et le fait d’armes du chevalier Reinbold Liebenzeller sera enfin reconnu en 2018, grâce à une statue de 2m40 installée place des Tripiers à Strasbourg. Il est inscrit sous l’arbalète du chevalier : père de la République Libre de Strasbourg.

La page Wikipedia de la bataille de Hausbergen.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess