Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le deuxième vie des cadenas des amoureux du Pont des Arts transformés en oeuvre d'art

-
Par , France Bleu Paris

Une artiste franco-mexicaine a réutilisé les cadenas accrochés par les couples sur le Pont des Arts et le pont de l'Archevêché. Elle en a fait une installation baptisée "Chez Nous" sur la place du Palais Royal à partir de ce jeudi 12 mars qui interroge sur la possession amoureuse.

L'artiste Carmen Mariscal interroge sur la symbolique du cadenas, les pièges conjugaux et domestiques avec son oeuvre place du Palais Royal.
L'artiste Carmen Mariscal interroge sur la symbolique du cadenas, les pièges conjugaux et domestiques avec son oeuvre place du Palais Royal. - Courtesy / Chez Nous Projects

Les amoureux avaient leur pont, ils ont maintenant leur refuge, mais un refuge ambigu. A partir de ce jeudi 12 mars, l'artiste franco-mexicaine Carmen Mariscal présente son installation place du Palais Royal dans le Ier arrondissement de Paris. Baptisée "Chez Nous", il s'agit d'une maison construite avec les cadenas des couples accrochés aux grilles du Pont des Arts et du pont de l'Archevêché.

Paradoxe de l'amour

Le projet est destiné à réfléchir sur le "paradoxe de l"amour".  Chaque cadenas a un jour été accroché sur un pont parisien. Les couples ont ainsi laissé une trace de leur passage. Et cette action individuelle est devenue une tradition sociale, des moments d'intimité, exhibés dans l'espace public. Si bien que certains édifices se sont vus menacés par le poids des cadenas. De lourdes preuves d'amour qui ont fait s'interroger l'artiste sur le sens des relations amoureuses et la symbolique du cadenas et de l'enchaînement dans un couple.

Carmen Mariscal a déjà travaillé sur le poids des traditions subi par les femmes. Ici, elle interroge le poids symbolique du cadenas qui renferme l'histoire personnelle d'un couple, ses rêves et ses désirs. Symboles de l'amour, mais aussi de l'oppression.

Une maison-prison

La place du Palais Royal n'a ainsi pas été choisie au hasard : la maison produite grâce à ces cadenas incarne le foyer, l'intime et siège au milieu de la place. Elle est la limite entre le public et le privé sécurisant, la limite physique entre le personnel et le social. Mais en réalité, c'est une maison-prison de 3 mètres de haut, pesant cinq tonnes ! Elle matérialise ainsi les pièges conjugaux et domestiques, à la fois solide et fragile, lumineuse et obscure. Et cette maison fait réfléchir tous les amoureux qui, un jour, ont cadenassé leur amour au grand jour, puis jeté le clef à la Seine.

L'installation de Carmen Mariscal baptisée "Chez Nous" mesure 3 mètres de haut et pèse cinq tonnes. - Aucun(e)
L'installation de Carmen Mariscal baptisée "Chez Nous" mesure 3 mètres de haut et pèse cinq tonnes. - Courtesy / Chez Nous Projects

Deux événements entoureront cette installation :

  • Deux tables rondes sur "l'art et la violence de genre dans le foyer et au-delà" et sur "l'art dans l'espace public"
  • Une vidéo-installation intitulée "le cimetière de l'amour"

Installation à voir place du Palais Royal du 12 mars au 28 avril

Plus d'infos sur www.cheznousproject.com

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu