Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Le Hans Trapp a-t-il vraiment existé en Alsace ?

Par

Qui est donc le Hans Trapp ? Cette figure qui punit les enfants en Alsace est inspirée d'un triste sire. Mais et le Rüpelz, alors ?

Un Hans Trapp photographié à Wintzenheim Un Hans Trapp photographié à Wintzenheim
Un Hans Trapp photographié à Wintzenheim - Almanach de Wintzenheim - Wikimedia Commons
loading

C’est aujourd’hui la Saint-Nicolas, l’évêque patron des écoliers, mais pas que : on peut citer pêle-mêle les kinés, les marins, les pêcheurs, une église Saint-Nicolas devrait toujours être proche de l’eau, c’est le cas à Strossbori, par exemple. Mais c’est aussi le patron des prêteurs sur gage, des charcutiers, des parfumeurs, et des hommes célibataires de 30 ans, comme pour les catherinettes, les hommes devraient s'affubler de pyjamas, bonnets de nuits ou de sabots pour mettre le doigt sur leur statut de célibataire. 

Publicité
Logo France Bleu

Et bien sûr, les écoliers, Saint-Nicolas vient récompenser les enfants sages avec un Mannele, ou deux. Et pour les autres ? Deux figures accompagneront le Sànkt-Niklaus en Alsace. Le Hàns Tràpp, dans le nord de l’Alsace. Ce personnage serait calqué sur le chevalier Hans von Trotha du château de Berwartstein juste de l’autre côté de la frontière allemande, ce triste sire est maréchal des princes électeurs de Palatinat à la fin du 15e siècle. 

Il fait 2 mètres, un bon gros bourrin violent et ambitieux. Il fait peur à tout le monde. Après une affaire de gros sous, les différents avec la ville de Wissembourg sont arrivés au point de rupture, Trotha fait retenir les eaux de la Wieslauter voisine, privant ainsi d'eau Wissembourg en contrebas. Le jour où l'abbé de Wissembourg se plaignit en haut-lieu, Trotha fit démolir le barrage en provoquant une inondation violente à Wissembourg, avec des dommages considérables. Il fut mis au ban de l’empire et excommunié, et il est resté une figure diabolique. 

Un vrai méchant comme on n’en voit plus que dans les James Bond, et à la Saint-Nicolas ou à Noël, quand il endosse le rôle du Hàns Tràpp et qu’il accompagne le Sànkt Nikolaus, ou le Christkindel. Dans le sud de l’Alsace, c’est plutôt le Rüpelz qui rendra visite aux enfants turbulents. Pelz, ça veut dire fourrure donc c’est vraiment le côté animal, bestial, ah non c’est moins sympa, c’est le côté animal du diable, qui doit comme toujours apparaître comme le pendant du bienveillant Saint-Nicolas. Dieux et diables se baladent ensemble en journées spéciales. Et quand on sait que selon une autre légende, la grand-mère du diable était alsacienne, pas étonnant qu’il aime passer par là en décembre…

Publicité
Logo France Bleu