Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mon plus beau village de Franche-Comté

Mon Plus Beau Village de Franche-Comté : Vitreux, Quartier latin et cistercien

-
Par , France Bleu Besançon

France Bleu Besançon vous présente la région à villages découverts !

Dans le Jura, mais sans tourner le Doubs à la Haute-Saône !
Dans le Jura, mais sans tourner le Doubs à la Haute-Saône ! © Radio France - Dominique Parreaux

Le village de Vitreux sur le site de la communauté des communes de Jura Nord ou sur son Wikipedia

Nonobstant une étymologie qui fait écho à l’eau et aux sources (effectivement omniprésentes sur les bords de l’Ognon), Vitreux (de “vitrea”) est aussi un pays de vignes, né sur la voie romaine reliant Dijon à Besançon, sur les pentes de la colline du Bois d’Amont jusqu’à l’Ognon.

La vigne, présente depuis le Moyen-Âge au moins – elle est en effet fréquemment mentionnée au XIIème lors de la création du domaine de l’abbaye d’Acey qui possède en outre à l’époque les deux tiers de la dîme du vin – occupe le coteau de vitreux à Pagney. 37 hectares sont exploités à Vitreux à l’apogée du vignoble, début XIXème, avant que le phylloxera ne vienne ravager les cultures, presqu’en même temps que la guerre de 1914 ne la prive de main d’œuvre, tandis que le développement de l’activité industrielle (forges de Fraisans mais aussi et surtout les mines de fer voisines qui siphonnent également la main d’œuvre) vint achever le reste d’un vignoble que les primes à l’arrachage n’arrangeront pas non plus !

Vitreux, c’est aussi de drôles de lieux : La Concorde, Les Champs-Élysées et l’encore actuel Quartier Latin – entre les maisons vigneronnes et l’église, d’ailleurs pas plus jeune que l’abbaye – font comme un clin d’œil à la capitale, bien que Notre Dame d’ici tenait plus d’une petite chapelle que d’une cathédrale. Qu’à cela ne tienne, Notre Dame du Bois a aussi toute son histoire, et la statue qu’un bûcheron y aurait trouvée dans le tronc d’un chêne est aujourd’hui à l’église.

Vigiles, Laudes, Sexte, Vêpres et Complies (4h15, 7h ou 11h, 12h15, 17h ou 18h30, et 19h45 ou 20h15) rythment la vie de l’une des très rares abbayes de la région à avoir conservé une réelle vie monastique et économique, dans un art de vivre calqué sur la tradition cistercienne.

L’abbaye d’Acey fut fondée en 1236 sur le site d’un ermitage installé dès le VIIIème, sur ce qui était auparavant vraisemblablement déjà un lieu de culte païen. L’édifice a ensuite subi les vicissitudes du temps et notamment des guerres du XVIIème (la voûte de l’église s’est même écroulée en 1650 pour être reconstruite fin XVIIIème après de très nombreuses décennies à ciel ouvert), mais dresse aujourd’hui la fière et magnifique silhouette équilibrée d’un ensemble sobre et dépouillé caractéristique de l’ordre cistercien.
L’abbatiale, très élancée, est un joyau d’architectures à la charnière du roman et du gothique, dont les vitraux contemporains viennent souligner l’esprit en donnant encore un peu plus de sens à la pureté des lignes.
L’abbaye d’Acey, c’est en outre une activité économique, dans un domaine relativement peu commun chez les cisterciens : l’électrolyse !
Les turbines d’antan fonctionnant dans un canal de dérivation de l’Ognon ont inspiré cette activité de dépôts de métaux (or, nickel, argent, étain, cuivre) sur des composants – contacteurs ou pièces électromécaniques – exploités dans le domaine automobile notamment.

Aujourd’hui, près de 280 habitants (les “vitrouillers”, dont fut un certain Hilaire de Chardonnet en son temps) participent au développement du pays situé au cœur du triangle Dole-Gray-Besançon, ou entre Pesmes et Saint-Vit, qui semble rajeunir.
Au carrefour des 3 départements (dans le Jura, mais à 1 ou 2 km du Doubs comme de la Haute-Saône… et même guère plus loin de la Côte d’Or !), le village vit aussi un peu écartelé, en tout cas à l’heure de la presse ou des activités de plusieurs bassins de population !
À 25 km de Besançon, 23 de Dole, 27 de Gray et 15 de Saint-Vit, Vitreux a pour ainsi dire le cœur dans le Jura, mais aussi un peu la tête dans le Doubs et les jambes en Haute-Saône… parfois même le regard tourné vers Dijon

Première étape, comme d'habitude en mairie. Nous y avions RDV avec Alain Gomot, maire depuis 2008 d'un village qu'il connaît par cœur et pour lequel il a ses idées...

Alain Gomot dans la salle de la mairie de son village de toujours - Radio France
Alain Gomot dans la salle de la mairie de son village de toujours © Radio France - Dominique Parreaux

"Et se ressourcer pour Vitreux c'est bien puisque Vitreux dépend de la source !"

Nous nous sommes ensuite rendus chez l'une des mémoires du village. Bernard Nier est aussi un enfant du pays, et c'est avec lui qu'il était convenu d'en découvrir et d'en comprendre l'histoire. Lui qui a "vendu" le village, des Champs-Élysées au Quartier Latin en passant par la place de La Concorde, a une parisienne qui allait devenir son épouse !

Bernard Nier, passionné de son pays ! - Radio France
Bernard Nier, passionné de son pays ! © Radio France - Dominique Parreaux

"Il y avait plein de choses à Vitreux !"

Comme promis, nous avons ensuite pris la direction de l'église et du Quartier Latin pour y débuter la visite du village en mode piéton !
Et nous ne fûmes pas au bout de nos surprises...

De l'église... - Radio France
De l'église... © Radio France - Dominique Parreaux
... à la maison du comte de Chardonnet, inventeur de la soie artificielle... - Radio France
... à la maison du comte de Chardonnet, inventeur de la soie artificielle... © Radio France - Dominique Parreaux
... en passant par la fontaine, le chalet, l'ancienne forge, l'ancienne tuilerie ou encore les maisons vigneronnes du Quartier Latin. - Radio France
... en passant par la fontaine, le chalet, l'ancienne forge, l'ancienne tuilerie ou encore les maisons vigneronnes du Quartier Latin. © Radio France - Dominique Parreaux

"Quand on n'était pas trop gentil, la maîtresse nous faisait faire le tour de la fontaine !"

Incontournable de chez incontournable, et même pas tout à fait étrangère à notre venue à Vitreux, nous avons ensuite repris la voiture pour suivre la rue d'Acey avant de tourner au croisement des Champs Rouges, et faire les 2 ou 3 kilomètres d'une toute petite route qui relie le village à l'abbaye d'Acey.

Que l'on arrive de Vitreux... - Radio France
Que l'on arrive de Vitreux... © Radio France - Dominique Parreaux
... ou d'Ougney ou Bresilley... - Radio France
... ou d'Ougney ou Bresilley... © Radio France - Dominique Parreaux
... l'abbaye se dresse, coiffée de son clocher, dans le décor des bords de l'Ognon - Radio France
... l'abbaye se dresse, coiffée de son clocher, dans le décor des bords de l'Ognon © Radio France - Dominique Parreaux

Nous y avons eu le bonheur et le privilège d'une visite que nous a réservée Père Godefroy, le Supérieur de la communauté monastique cistercienne qui vit et fait vivre l'abbaye...

L'abbaye vue du ciel, de l'entreprise à gauche aux bâtiments d'accueil à droite - Radio France
L'abbaye vue du ciel, de l'entreprise à gauche aux bâtiments d'accueil à droite © Radio France - Dominique Parreaux
Nous avons d'abord poussé la grille pour découvrir l'ensemble qui encadre l'abbatiale - Radio France
Nous avons d'abord poussé la grille pour découvrir l'ensemble qui encadre l'abbatiale © Radio France - Dominique Parreaux

Et bien qu'un petit souci technique nous ait causé du tracas sur cette première séquence, nous vous la proposons tout de même...

"Le Jura a été une terre monastique très importante"

Tout est heureusement rentré dans l'ordre (sic !) pour la suite de la visite, qui nous verra rejoindre l'église, puis le cloître sur le chemin du réfectoire...

la première partie de l'église, restée à ciel ouvert très longtemps, est en quelque sorte devenue l'antichambre de l'église dont elle est séparée par un mur qui a coupé net la nef - Radio France
la première partie de l'église, restée à ciel ouvert très longtemps, est en quelque sorte devenue l'antichambre de l'église dont elle est séparée par un mur qui a coupé net la nef © Radio France - Dominique Parreaux
Une fois la porte franchie, nous avons gagné le chœur de l'église, dans une impressionnante croisée du transept... - Radio France
Une fois la porte franchie, nous avons gagné le chœur de l'église, dans une impressionnante croisée du transept... © Radio France - Dominique Parreaux

"Nous sommes un petit peu égoïstes... nous avons une perspective extraordinaire sur l'ensemble de l'architecture de ce bâtiment !"

... En route pour le réfectoire, en empruntant évidemment le cloître qui distribue les lieux principaux de la vie du moine...

Avouez qu'il eût été dommage de ne pas vous en faire profiter... - Radio France
Avouez qu'il eût été dommage de ne pas vous en faire profiter... © Radio France - Dominique Parreaux
... d'autant que Père Godefroy nous a gâté de toutes les perspectives... - Radio France
... d'autant que Père Godefroy nous a gâté de toutes les perspectives... © Radio France - Dominique Parreaux
... de la galerie jusqu'à l'accès de la cour... - Radio France
... de la galerie jusqu'à l'accès de la cour... © Radio France - Dominique Parreaux
... avant d'arriver au réfectoire, où le couvert était déjà dressé ! - Radio France
... avant d'arriver au réfectoire, où le couvert était déjà dressé ! © Radio France - Dominique Parreaux

"Le couvert est dressé... oui, longtemps à l'avance... un moine ne se fera jamais surprendre !"

Si vous souhaitez découvrir Acey, de la communauté aux pierres du XIIème, ou des verrières du XXIème au travail dans l'abbaye, via des photos, vidéos ou en visite virtuel 3D : par ici la visite !

Mais la balade n'aurait pas été complète sans aller à la rencontre des "vitrouillers", parmi lesquels Marie-Pierre Bourgon, chez qui nous avons sonné devant la fontaine du Quartier Latin...
L'occasion de prendre le pouls du village et de le regarder dans les yeux d'une enfant du pays, qui a décidé d'y revenir après une vie qui l'a conduite à Besançon

Marie-Pierre, heureuse de l'évolution de son pays, dans un village qui rajeunit ! - Radio France
Marie-Pierre, heureuse de l'évolution de son pays, dans un village qui rajeunit ! © Radio France - Dominique Parreaux

"Je préfère ça que la rue du repos !"

Comme d'habitude, la semaine est évidemment bien trop courte pour tout voir et tout savoir de notre village !
C'est la raison pour laquelle nous en reprendrons la route avec bonheur, durant les prochaines vacances de printemps, avec de toute nouvelles rencontres et découvertes...

Nous nous inviterons par exemple chez Françoise et Raymond Ballot, eux aussi amoureux de leur village – de ses jonquilles à son muguet – mais avec le petit bémol du moins de "vivre ensemble"... Après un passage à Paris, ils sont plus près que jamais du Quartier Latin !

Raymond et Françoise ne vivraient pas ailleurs qu'à Vitreux ! - Radio France
Raymond et Françoise ne vivraient pas ailleurs qu'à Vitreux ! © Radio France - Dominique Parreaux

Ce sera aussi l'occasion d'aller à la rencontre d'Olivier Abraham, agriculteur installé en GAEC sur l'une des deux exploitations du village.
Un GAEC relativement particulier dans la mesure où il est à cheval et articulé autour de trois départements !
C'est ça aussi la réalité d'ici... 

C'est à quelques hectomètres de Vitreux que nous avons croisé Olivier, en pleine opération bois ! - Radio France
C'est à quelques hectomètres de Vitreux que nous avons croisé Olivier, en pleine opération bois ! © Radio France - Dominique Parreaux

Alors à très vite à Vitreux, pour reprendre une bonne dose de Jura Nord, où la vie est tournée vers de nombreux horizons, et qui nous promet encore de très belles rencontres !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu