Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tauromachies: Clubs Taurins Paul-Ricard, la fin d'une histoire mais le verre n'est pas vide

-
Par , France Bleu Gascogne

C’est une page de l’Histoire des festivités du sud de la France qui se tourne. La société Pernod- Ricard ne soutiendra plus l’Union des Clubs Taurins du même nom qui de ce fait change d’appellation.

Clubs taurins, plus de Ricard mais toujours des taureaux
Clubs taurins, plus de Ricard mais toujours des taureaux © Radio France - Pab

La présentation de la nouvelle entité a eu lieu ce lundi 3 août à Aire- sur- l’Adour en présence des principaux représentants de la corrida et de la course landaise. Ricard s‘en va mais restent les bouteilles. Et la nouvelle Union des Clubs Taurins de France va s’attacher à trouver de nouveaux partenaires financiers et à prendre part à la préservation des tauromachies.

C’est la fin d‘une histoire. Et d'une relation née de la volonté du fondateur de la marque de fidéliser ses consommateurs autour du soutien aux tauromachies de France.  Soixante-cinq années durant la société Pernod- Ricard a donc assuré un mécénat sans faille auprès de ses quatre cent clubs taurins affiliés. Avec une dotation de cent cinquante mille euros annuels. Lesquels allaient majoritairement à la confection d’affiches pour les comités des fêtes, à la participation à des trophées taurins ou encore à l'achat de matériel pour les jeunes toreros des trois disciplines et pour les écoles taurines. Pour des raisons de restructuration en cours le groupe marseillais qui doit faire des économies se sépare donc de sa famille à cornes.  Et il est bon à cette occasion de tordre la cou à une rumeur qui voulait que le fonds de pension américain, associé du groupe Pernod-Ricard, ait  manœuvré pour que la société se désolidarise de la tauromachie au prétexte d'une volonté de repositionnement antispéciste.  Les américains , partenaires de longue date du groupe, ont d’autres chats à  fouetter et sont exclusivement intéressés aux résultats financiers de entreprise, laquelle doit faire avec la baisse constante ces dernières années de la consommation générale de ses produits comme ceux de la concurrence et avec aussi l'exigence de diversification. C'est tout ce qu’affirme Serge Castel, directeur régional pour le Sud -Ouest du liquoriste provençal. "Le lien ne vas pas cesser, il existe et existera pour contribuer encore à soutenir l’action de la nouvelle association. Notre groupe par ailleurs veut étendre son mécénat à d’autres activités, musicales, sportives, territoriales. Nous serons toujours présent dans les fêtes de villages. Nous ne sommes pas uniquement des fournisseurs de bouteilles, l’histoire même de Paul Ricard le prouve. Notre soutien va perdurer sous d’autres formes". 

Gérard Suberchicot, président de la nouvelle Union des Clubs Taurins de France
Gérard Suberchicot, président de la nouvelle Union des Clubs Taurins de France © Radio France - Pab

Les ex- clubs taurins Paul- Ricard sont donc rebaptisés Union des Clubs Taurins de France, avec joli logo, vache landaise, toro de combat et « biou » camarguais associés sur fond blanc. Intitulé au dessous en bleu, blanc et rouge, sobre mais efficace. Le marchand de "pastaga" ne mettra plus d‘argent certes - ce qui n’était pas non plus le cœur de sa force participative- mais sa dotation en bouteilles continue. On sauve l’apéro, c’est presque l’essentiel. Comité des fêtes, clubs, manifestations festives diverses du sud vont donc devoir se passer du soutien logistique du partenariat Ricard qui va diversifier son mécénat. Et la nouvelle Union devoir chercher ailleurs des soutiens financiers pour pallier le manque. Le plus  gros chantier de la nouvelle association. Pour Gérard Suberchicot président de l’Union des Clubs Taurins de France "Il va falloir compenser la perte de la dotation financière de Ricard , et pour ce faire la nouvelle association s'en va rechercher de nouveaux partenaires". Le premier grand chantier de l’Union de Clubs Taurins de France. Dont l’ambition sera également de fédérer autour des trois tauromachies pour contribuer à la pérennisation de la culture patrimoniale taurine dans le sud de la France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess