Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Un abri anti-aérien a été découvert sous un square près de la gare de Nice

-
Par , France Bleu Azur

Sous le square du Lieutenant Colonel Jean Pierre près de la gare de Nice, des travaux ont mis au jour le 26 février dernier un abri anti-aérien. Ce tunnel bétonné en forme de zig-zag de 63 mètres de long pouvait accueillir une centaine de personnes, au moment des alertes.

Alain Grandieux, archéologue au service archéologie à la Métropole Nice Côte d'Azur
Alain Grandieux, archéologue au service archéologie à la Métropole Nice Côte d'Azur © Radio France - Alexandre Mottot

Après la mise au jour d'un abri anti-aérien, les services d'archéologie de la métropole de Nice ont exploré un tunnel bétonné qui servait d'abri aux Niçois. C'est une galerie longue de 63,48 m et haute de 1,80 m. Tout est en béton armé, le sol comme les parois. Ce sont les usages en cours pour l'architecture dite de "défense passive". Selon Alain Grandieux, archéologue au service d'archéologie de la métropole Nice Côte d'Azur, l'ouvrage date des années 30.

À chaque alerte, des dizaines de Niçois trouvaient refuge dans les couloirs de cet abri. Et comme les bombardements pouvaient durer, des lieux d'aisance ont été prévus, ainsi qu'un puits d'aération. L'entrée et la sortie sont distantes de 20 mètres et le tunnel a une forme arrondie, plus large à mi-hauteur.

Alain Grandieux, archéologue au service archéologie à la Métropole Nice Côte d'Azur
Alain Grandieux, archéologue au service archéologie à la Métropole Nice Côte d'Azur © Radio France - Alexandre Mottot
Entrée de l'abri anti-aérien
Entrée de l'abri anti-aérien © Radio France - Alexandre Mottot

Reportage Visite de l'abri

Une forme de zigzag pour davantage de sécurité

Tous les dix mètres, virage à gauche puis à droite. Alain Grandieux souligne que les édifices de la défense nationale sont tous construits en zigzag. En ligne droite, s'il y a une explosion dans un endroit confiné, l'explosion va avoir lieu sur toute la longueur de la galerie. En revanche, en créant des zigzags, on stoppe l'explosion par endroits. 

Plan archéologique de l'abri
Plan archéologique de l'abri © Radio France - Alexandre Mottot

Structure en zig zag

L'abri est construit sous un jardin, une pratique courante

Cet abri est situé dans une zone stratégique puisqu'on est à l'arrière de la grande gare ferroviaire de Nice. C'était une position de choix pour les bombardements alliés pour couper le ravitaillement allemand. C'est pourquoi, selon l'archéologue, la présence d'un abri à cet endroit n'est pas due au hasard. 

"Les abris sont répartis par quartier."

Au moment d'un bombardement, les membres de la défense passive étaient reconnaissables par leur casque et par le brassard qu'ils portaient dans les quartiers. Ils incitaient les gens à se diriger vers le bon abri. Ce genre d'ouvrage était souvent construit sous des jardins publics

Le Square du colonel Jean Pierre
Le Square du colonel Jean Pierre © Radio France - Alexandre Mottot

Abri sous un jardin

Quel avenir pour l'abri anti-aérien ?

Le tunnel fait dorénavant partie du patrimoine de la Ville de Nice, il va être conservé, mais il ne sera plus visible. Il faut donc en garder des traces pour le montrer au public. Une des possibilités serait d'installer un panneau dans le jardin, avec des textes et des photos montrant l'ouvrage. Une réalisation en 3D va permettre aux gens de voir et de mieux comprendre qu'une représentation en 2D.  

Des dalles seront mises par-dessus puis l'abri sera fermé et scellé. Si un jour il faut y retourner, "on pourra y retourner" précise Alain Grandieux. Des inscriptions érotiques ont été laissées par les ouvriers de terrassement qui ont construit l'ouvrage. Des mots écrits à la mine de carbone, ce qui ne laisse guère de doute sur l'époque.

Inscriptions sur les murs - Alain Grandieux, archéologue au service archéologie à la Métropole Nice Côte d'Azur
Inscriptions sur les murs - Alain Grandieux, archéologue au service archéologie à la Métropole Nice Côte d'Azur © Radio France - Alexandre Mottot
Entrée du tunnel
Entrée du tunnel © Radio France - Alexandre Mottot

Un abri qui pose des questions

L'abri a été identifié comme un ouvrage typique de la défense passive, mais l'archéologue va continuer son enquête. Il va consulter les archives, même si la forme particulière du lieu et la modernité des matériaux ne lui laissent que peu de doutes. 

Quel avenir pour l'abri anti-aérien.
Quel avenir pour l'abri anti-aérien. © Radio France - Alexandre Mottot

Enquête archéologique

À Nice, l'abri du square du Lieutenant Colonel Jean Pierre est le seul à être en si bon état de conservation. Les autres abris ont été démolis. En plus de 10 ans, le service archéologique de la ville de Nice a fouillé, diagnostiqué et prospecté plus de 100.000 m² de terrain. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess