Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange
Dossier : Les rendez-vous culturels de Michel Flandrin

Michel Piccoli l'exigence pour tous

-
Par , France Bleu Vaucluse

Une figure tutélaire du cinéma et du théâtre s'en est allée.

Michel Piccoli
Michel Piccoli - xxx

Quelques 200 films, près de 50 pièces de théâtre, en 70 ans de carrière Michel Piccoli n'a cessé de privilégier la curiosité pour les singularités, la rage contre les injustices. 

S'il fut dirigé par Jean Vilar dans les années 50, l'acteur n'apparut à Avignon qu'en 1988. Au cœur du Palais des papes, il fut Léonte, Roi de Sicile dans "Le conte d'hiver" mis en scène par Luc Bondy. Il revint, en février 2003, l'espace d'une représentation de "La jalousie", pièce de Sacha Guitry. L'occasion d'une interview sur ses choix à la scène comme au cinéma.

MICHEL PICCOLI SUR LE THEATRE

Jean Pierre Melville, Luis Bunuel, Claude Sautet, Jean Luc Godard... "Le Doulos" (1962), "Le Journal d'une femme de Chambre" (1964), "Vincent François, Paul et les autres" (1974), "Le mépris" (1963)....

Mais aussi Marco Ferreri, Manoel de Oliveira, Raoul Ruiz... "La grande bouffe" (1973), "Je rentre à la maison"  (2001), "Généalogie d'un crime" (1997), Michel Piccoli  privilégia toujours  l'originalité, la cohérence. Un refus des concessions qui ne le coupa jamais du public. Même s'il restait sur  bord d'un film, le spectateur  demeurait convaincu de la sincérité d'un artiste qui ne cessait de chercher, d'essayer au risque de l'échec.  

MICHEL PICCOLI SUR LE CINEMA

Comme l'écrit Samuel Beckett: "Rater encore. Rater mieux encore". Et parfois réussir jusqu'à la postérité. Du côté de la postérité des œuvres avec Michel Piccoli, il y en a une palanquée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess