Événements

Dans la nuit du 28 au 29 mars, nous passons à l'heure d'été : pensez à avancer vos horloges d'une heure !

Par Stéphanie Quénon, France Bleu Auxerre, France Bleu Bourgogne, France Bleu Drôme-Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu Saint-Étienne Loire lundi 23 mars 2015 à 6:00

Dans la nuit du 28 au 29 mars, nous passons à l'heure d'été : pensez à avancer vos horloges d'une heure !

Ne ratez pas le changement d'heure d'hiver : dans la nuit de samedi à dimanche, à 2 heures du matin, il sera 3 heures.

Petite histoire du changement d'heure

En France, le passage à l'heure d'été est pratiqué sans discontinuer depuis 1976. Mais le saviez-vous? L'idée d'un changement d'heure est vieille de plus de deux siècles. Le premier à l'évoquer est Benjamin Franklin en 1784 dans le Journal de Paris . Le physicien, écrivain et diplomate américain suggère de décaler les heures aux changements de saisons, dans le but d’économiser de l’énergie. Cette idée est relancée en 1907 par l'inventeur et entrepreneur britannique William Willet. Dans le cadre d’une campagne sur l’économie d’énergie, il publie une brochure intitulée "Waste of Daylight" (Gaspillage de la lumière du jour) dans laquelle le processus est expliqué. Ce n'est qu'un siècle et demi plus tard que cette idée sera mise en place en France, par le député André Honnorat en 1916. Abandonnée à la libération, l'heure d'été fait son grand retour en 1976 devant la nécessité de réaliser des économies d'énergie. Aujourd'hui, le système du changement d'heure est adopté dans plus de 70 pays à travers le monde.

Le passage à l'heure d'été. - Aucun(e)
Le passage à l'heure d'été.

Ce rituel n'est pas toujours facile à vivre

Certains souffriraient plus que d'autres. Le changement d'heure pourrait provoquer des troubles du sommeil, des difficultés de concentration, des perturbations de l'appétit, une fatigue renforcée et des formes d'irritabilité ou d'instabilité. Les enfants et les personnes âgées en seraient les premières victimes. son impact sur les animaux et notamment les vaches, est lui aussi pris au sérieux. Les ruminantes produiraient en effet moins de lait et de moins bonne qualité durant cette période. Certains éleveurs s'adapteraient en décalant progressivement l'heure de la retraite quart d'heure par quart d'heure pendant plusieurs jours.

Piétons : attention, danger !

Le changement d'heure serait dangereux pour les piétons. Ce n'est pas forcément les conséquences auxquelles on pourrait penser spontanément. Les piétons en seraient les premières victimes avec un pic d'accidentalité et de mortalité constaté par la sécurité routière. Les chiffres sont là pour l'attester : entre novembre 2012 et janvier 2013, 162 piétons ont été tués en France, soit en trois mois, 34% de la mortalité routière "piétonne" sur un an . Les horaires les plus critiques sont sans surprise le soir, entre de 17h et 21h, et dans des conditions moindres le matin, de 8h à 10h. Vous voilà prévenus !

Molène, l'irréductible !

Les Bretons résistent encore et toujours au changement d'heure. Sur l'île de Molène, plusieurs familles ont décidé de rester à l'heure solaire, la seule, la vraie, soit deux heures de moins que l'heure officielle. Une île peuplée de 204 irréductibles Bretons.

Aux États-Unis, les lobbies résistent eux aussi aux changements

Depuis 1986, les Américains passent à l'heure d'hiver un mois après les Français. En cause, les barbecues, le golf et Halloween. En gagnant un mois, certaines industries feraient des bénéfices plus importants. Ce seraient le cas du marché du barbecue, du golf et de l'industrie du bonbon qui auraient milité pour un décalage plus tardif après Halloween. Les enfants pourraient ainsi récolter des bonbons une heure de plus avant la tombée de la nuit. *Trick or treat * : il n'y a pas de petits profits !