Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Détournement de fonds publics : Gérard Dalongeville condamné à trois ans de prison

lundi 19 août 2013 à 15:17 France Bleu

Gérard Dalongeville, ancien maire d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, a été condamné lundi par le tribunal correctionnel de Béthune à trois ans de prison ferme et un avec sursis pour notamment détournements de fonds publics et corruption passive. L'ancien élu, un temps membre du Parti socialiste dont il a été exclu, a été condamné en outre à 50.000 euros d'amende et cinq ans d'inéligibilité.

Gérard Dalongeville est poursuivi pour détournements de fonds publics au préjudice de la commune d’Hénin-Beaumont.
Gérard Dalongeville est poursuivi pour détournements de fonds publics au préjudice de la commune d’Hénin-Beaumont. © Maxppp

Le procureur de la République avait requis en juin, au terme du procès, une peine de quatre ans de prison, dont deux ferme, 50.000 euros d'amende et une privation de droits civiques de cinq ans. Le tribunal correctionnel de Béthune a pourtant choisi d’aller au-delà de ce qu’avait requis le ministère public : lundi, il a condamné Gérard Dalongeville, l’ancien maire d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, à trois ans de prison ferme et un avec sursis pour notamment détournements de fonds publics et corruption passive. L'ancien élu, un temps membre du Parti socialiste dont il a été exclu, a en outre été condamné à 50.000 euros d'amende et cinq ans d'inéligibilité.

Gérard Dalongeville fera appel

L'avocat de Gérard Dalongeville, Me Francis Terquem, avait annoncé avant le délibéré qu'il ferait appel en cas de condamnation. Gérard Dalongeville est condamné pour avoir, avec son premier adjoint et un intermédiaire, instauré de 2006 à 2009 un système de fausses factures entre la ville d'Hénin-Beaumont et différentes entreprises. Il a été jugé entre autres pour une vingtaine de cas de détournements de fonds publics et une dizaine de délits de favoritisme. Les entreprises facturaient au prix fort des prestations surévaluées ou inexistantes au détriment de la commune. Au total, 21 personnes ont comparu devant le tribunal de Béthune.

Clientélisme local et copinage politique

Le procureur avait dénoncé lors du procès "un système de clientélisme local et de copinage politique pour favoriser des sociétés". "Les intérêts croisés ont amené les prévenus à agir comme des délinquants", avait dénoncé Jean-Pierre Roy en stigmatisant "leur mauvaise foi, leur incompétence ou les deux cumulées". Gérard Dalongeville a dénoncé un système de fausses factures bénéficiant selon lui au Parti socialiste.

Corruption généralisée

Dans des courriers à la justice écrits pendant ses huit mois de détention provisoire, et dans un livre, Rose mafia, il a dénoncé un système de corruption généralisé au sein de la fédération socialiste du département. Le parquet de Lille a ouvert une enquête préliminaire suite à ces dénonciations. Gérard Dalongeville a 42 ans. Il a été élu maire divers gauche d'Hénin-Beaumont en 2001 en délogeant le maire socialiste. Il a été mis en examen en 2009 puis révoqué et exclu du PS, qu'il avait intégré après une victoire contre le Front national, très implanté à Hénin-Beaumont.