Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux saisonniers d'Argelès-sur-Mer condamnés pour rébellion

lundi 19 août 2013 à 19:39 France Bleu Roussillon

Deux saisonniers d'Argelès-sur-Mer ont été condamnés ce lundi par le tribunal correctionnel de Perpignan à un an et huit mois de prison ferme pour rébellion. Le 27 juillet dernier après une sortie en discothèque bien arrosée, les deux hommes de 24 et 19 ans se sont opposés physiquement et ont insulté huit gendarmes et policiers municipaux qui voulaient les contrôler.

Palais de justice de Perpignan
Palais de justice de Perpignan © François David / Radio France

"Les policiers municipaux d'Argelès-sur-Mer ont eu peur ", raconte leur avocate en parlant de l'interpellation du 27 juillet dernier. Deux jeunes saisonniers de 19 et 24 ans travaillant dans la restauration se sont opposés à un contrôle de police. Les deux hommes sortaient de la boîte de nuit " Le Silver". Ils avaient beaucoup bu. L'un des deux jeunes hommes portait un pistolet non chargé datant de la Seconde guerre mondiale et une cuillère au manche torsadé et au bout aiguisé. C'est l'un des videurs de la discothèque qui a aperçu le revolver et  prévenu la police municipale.

Les policiers municipaux ont rapidement localisé les deux hommes. Mais les saisonniers ont refusé d'obtempérer. Ils ont insulté les policiers municipaux de "flics de merde, de bande d'enculés ". L'un des policiers municipaux a dû sortir une bombe lacrymogène pour les calmer et appeler en renfort quatre gendarmes. L'interpellation a été très musclée . Les deux fêtards ont été plaqués au sol. Le jeune majeur de 19 ans a très vite lâché son revolver non chargé mais a refusé de donner la petite cuillère bien aiguisée qu'il avait dans la main.

Au cours de son procès, les saisonniers se sont excusés. Le porteur d'armes a raconté qu'il était alcoolique depuis ses 15 ans et qu'il était  impulsif. Il a réagi ainsi car il a trouvé son interpellation injuste . Il dit avoir été victime d'une agression près de la discothèque. Il a expliqué à la barre : "C'est moi la victime, j'ai été agressé par trois hommes pour avoir regardé l'une de leur copine. Ce n'est pas juste, ce n'était pas à moi de me faire contrôler ". C'était pour se venger après cette agression qu'il avait été chercher les armes chez lui.

Mais ces explications ont laissé le tribunal de Perpignan perplexe. Car cinq jours plus tôt le jeune homme comparaissait pour délit de fuite et conduite sans permis . Il avait été condamné à quatre mois de prison. Son ami a également était condamné plusieurs fois. Il vient de sortir après trois ans de prison. "C'est désespérant " a résumé le procureur de la République : "La justice vous a tendu des perches, vous n'avez rien compris ". Avec leur passé judiciaire, les deux saisonniers ont été condamnés à un an et huit mois de prison pour rébellion. Ils doivent aussi verser plus de 3.000 euros chacun aux forces de l'ordre au titre du préjudice moral.

Me Déborah Fayant, avocate des policiers municipaux explique qu'ils ont eu peur pendant l'interpellation.