Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deuxième conférence de presse pour François Hollande

-
Par France Bleu

En direct vidéo à 16h, le président de la République tiendra ce jeudi la seconde conférence de presse de son mandat, à l'Élysée, en présence de quelque 400 journalistes. Sur fond de récession et au plus bas de sa cote de popularité, la ligne politique de François Hollande est critiquée et l'on peut s'attendre à un remaniement ministériel.

François Hollande
François Hollande © Maxppp

François Hollande n’aurait pu choisir pire moment. Dans un climat socio-économique tendu, le président de la République tiendra, ce jeudi 16 mai à 16 heures, la seconde conférence de presse de son mandat.  

> Vous pourrez la suivre sur francebleu.fr en direct vidéo <<

Alors que la France est officiellement entrée en récession au premier trimestre 2013 et que la ligne politique du gouvernement est critiquée, le Président pourrait bien annoncer le remaniement ministériel évoqué quelques jours plus tôt pour un gouvernement resserré et axé sur l'emploi et la croissance. La conférence de presse sera aussi l'occasion pour le chef d'État de préciser les grandes lignes de sa politique pour la seconde année du quinquennat.

Popularité au plus bas de François Hollande et Jean-Marc Ayrault
Popularité au plus bas de François Hollande et Jean-Marc Ayrault

 

Pour 43 % des Français, les difficultés économiques sont dues au contexte international

Les causes de la crise sont plus variées pour les Français, selon le sondage CSA pour BFMTV publié ce jeudi. Pour 43% d'entre eux, les difficultées économiques traversées par le pays sont liées au contexte international.

Mais les personnes sondées sont aussi 34 % à rejetter la faute sur la politique du gouvernement et 18 % à pointer la politique menée par l'ex-gouvernement de droite, précédemment au pouvoir.

Dans son camp, on rappelle sa politique "productiviste"

Dans les émissions matinales de radio et de télévision, ce matin, la gauche prémâchait les déclarations à venir de François Hollande. Barbara Pompili, la coprésidente du groupe EELV à l'Assemblée nationale, par exemple, insistait sur RTL sur le besoin pour le gouvernement de restaurer la confiance des Français : "Il faut dire aux gens qu'on est dans une crise qui n'est pas conjoncturelle [mais] structurelle, qui demande des réformes de fond, beaucoup de courage et des directives claires."

Dans le même esprit, Jean-Vincent Placé défendait le Président sur Canal+ : "Je ne comprends pas ceux qui disent : il est versatile, mou." Le chef de file des verts mettait au contraire en avant sa ligne "plutôt productiviste". "Il est clair, assez déterminé et son cap est celui d'une politique social-démocrate libérale européenne."

"Je ne suis pas sûr que nous aurions fait mieux."

Avec une crise davantage structurelle que conjoncturelle, il est difficile pour l'opposition de l'imputer en totalité au gouvernement en place.

Invité ce matin sur France Bleu Orléans, le député UMP Bruno Lemaire qui fût ministre du gouvernement Fillon ne pointe pas du doigt, contrairement à Jean-François Copé, la responsabilité personnelle de François Hollande : "Il faut beaucoup d'humilité en la matière. Je ne suis pas sûr que nous aurions fait mieux."

Bruno Lemaire, invité de France Bleu Orléans : "Pas sûr que nous aurions fait mieux" que Hollande

Mais le député de l'Eure se montre tout de même critique : "François Hollande a aujourd’hui tous les pouvoirs. Il est président, il a la majorité au Sénat, à l’Assemblée. Il a toutes les responsabilités sur ce qui se passe en France. Or, après un an d’exercice du pouvoir, le constat est accablant, c’est un échec sur toute la ligne."

"Un président qui raconte des "gargousettes", c'est extrêmement angoissant."

Plus critique sur i> Télé, Laurent Wauquiez demande au Président d'arrêter "de mentir" : "Je suis convaincu que pour les Français, un président qui raconte des "gargousettes", c'est extrêmement angoissant."

Pour l'ancien ministre, c'est impossible que le gouvernement actuel ne réussisse à inverser la courbe du chômage à la fin de l'année 2013.

François Hollande devant 400 journalistes lors de la première conférence de presse
François Hollande devant 400 journalistes lors de la première conférence de presse © Maxppp

400 journalistes, deux heures de conférence

Même scénario qu’en novembre dernier pour la "grand messe" du Président. 400 journalistes seront réunis dans la salle des fêtes de l’Élysée pour écouter, pendant une vingtaine de minutes, les déclarations de François Hollande. S’en suivra une séance de questions-réponses d’une heure et demie. La tenue bi-annuelle d’une conférence de presse est l’un des engagements de campagne du président socialiste, tout comme l’avait fait son prédécesseur. Mais après la première, dont on retient plus la déclaration "Avec Carla, c’est du sérieux ", que les annonces politiques, Nicolas Sarkozy ne s’y était pas tenu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess