Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Disparues de Perpignan : l'enquête se poursuit dans le Gard

jeudi 8 août 2013 à 15:45 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon

La police judiciaire rouvre l'information judiciaire sur la disparition de Simone de Oliveira Alves, cette femme d'origine brésilienne volatilisée dans le Gard en 2004. Elle était alors la compagne de Francisco Bénitez, le père et mari des deux femmes disparues de Perpignan qui s'est suicidé lundi.

Simone de Oliveira Alves à gauche, Allison et sa mère à droite
Simone de Oliveira Alves à gauche, Allison et sa mère à droite © MaxPPP - Archives personnelles

L'enquête sur les deux disparues de Perpignan se déroule à présent également dans le Gard : la police judiciaire rouvre en effet un vieux dossier de disparition qui remonte à 2004, celui de Simone Oliveira Alves.

Cette femme de 39 ans d'origine brésilienne était la compagne de Francisco Bénitez lorsqu'elle a disparu et cette affaire présente d'étranges similitudes avec celle des disparues de Perpignan : Allison et sa maman Marie-Josée Bénitez qui n'ont plus donné de nouvelles depuis le 14 juillet.

La police judiciaire devrait rapidement réentendre tous ceux qui avaient été interrogés à l'époque , y compris les proches de Francisco Benitez.Comme Allison et Marie-Josée Benitez, Simone a disparu du jour au lendemain, le soir du 29 novembre 2004 à Nîmes. Comme elles, elle n'avait aucune raison apparente de le faire et de laisser tomber ses quatre enfants. Comme elles, l'un des derniers signes de vie qu'elle ait donnés est un texto annonçant son départ. Et, comme à Perpignan, le légionnaire Francisco Benitez était peut-être le dernier témoin à l'avoir vue.

Les enfants de Simone ont reconnu leur "beau-père"

Le souvenir de cette ancienne affaire s'était perdu, l'appel à témoin lancé par la police était resté actif, mais le juge d'instruction avait refermé le dossier en 2007.

SON 1 Proc adjoint Nîmes bilan instruction

Ce sont les enfants et l'ancien marie de Simone Oliveira Alvez qui ont fait le rapprochement et ont alerté la police. L'exhumation du dossier donne une "orientation nouvelle" aux enquêteurs, selon les mots du procureur adjoint de Perpignan Luc-André Lenormand.

Bénitez / Procureur BFM

Aux nombreuses questions qu'ils auraient eu à poser sur Allison et Marie-Josée n'auraient pas manqué de s'ajouter rapidement celles sur Simone. Mais le témoin capital s'est pendu en clamant son innocence.

Elle n'aurait jamais abandonné ses enfants

Le couple Francisco/Marie-Josée, en instance de séparation en 2013, battait apparemment déjà de l'aile dans le Gard. Les proches de Simone parlent d'une relation suivie entre celle-ci et celui qu'ils surnommaient Paco.Mais Simone ignorait que Francisco Benitez était marié, disent-ils. "Puis Simone l'a découvert. Je crois qu'elle voulait se séparer de lui", a dit Ivana, l'une des soeurs de Simone, au quotidien Libération. Personne n'avait compris qu'elle abandonne à eux-mêmes ses quatre enfants alors âgés d'une dizaine d'années.

SON Rosana soeur de la disparue de Nîmes

Comme pour Marie-Josée et Allison, Francisco Benitez ne s'était pas empressé de signaler la disparition de 2004. Puis il avait dit aux policiers qu'ils avaient eu une dispute, qu'elle avait pris ses affaires et qu'elle lui avait envoyé un texto pour lui annoncer la rupture.Le dernier signe de vie donné par Marie-Josée et Allison est également un SMS  envoyé du portable de la première à l'une de ses filles nées d'une précédente union. S'il a bien été expédié du portable de Marie-Josée, rien ne dit que c'est elle qui l'a écrit. Le portable lui-même a disparu.