Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Disparues de Perpignan : la police pouvait-elle faire le lien avec la disparue du Gard avant le suicide de Bénitez ?

jeudi 8 août 2013 à 18:56 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon

La famille et les proches d'Allison et de sa maman disparues depuis le 14 juillet à Perpignan s'interrogent : pourquoi les enquêteurs n'ont-ils pas fait le rapprochement avec la disparue du Gard plus tôt, avant le suicide du principal témoin dans ces deux enquêtes ? Bénitez n'était tout simplement pas fiché.

Aujourd'hui un simple nom tapé sur un moteur de recherche sur internet et vous pouvez retrouver la date de la première colonie de vacances et le CV de n'importe quel individu, votre téléphone portable peut retracer votre vie en un rien de temps. Tout le monde se croit fiché, répertorié, espionné et bien ce n'est pas si simple. Et c'est quelque part plutôt rassurant.

Si la police de Perpignan n'a pas fait le rapprochement entre la disparition d'Allison et de sa maman et celle de Simone de Oliveira Alves disparues dans le Gard en 2004 dans les mêmes circonstances, c'est normal

A l'époque, Francisco Bénitez avait été entendu comme simple témoin . Il était le compagnon de la jeune femme brésilienne et il avait été interrogé longuement mais il n'avait pas été placé en garde à vue et encore moins  mise en examen. Et si les enquêteurs ont pu s'interroger à l'époque sur son implication dans cette disparition, il n'a jamais figuré dans le fichier STIC, le Système de Traitement des Infractions Constatées . On ne peut donc pas dire que la police soit passée "à côté",  qu'elle n'ait pas fait son travail.

 

Fallait-il placer Francisco Bénitez en garde à vue ?

Ce qui intrigue certains enquêteurs extérieurs à cette affaire en revanche, c'est qu'en 2004, comme la semaine dernière, Francisco Bénitez n'ait pas été placé en garde à vue. Il était un témoin capital selon le procureur, il était un suspect évident affirment d'autres enquêteurs : un signalement tardif de la disparition, un départ après une dispute alors que personne n'a vu les deux femmes prendre un taxi, un train ou faire du stop...Une garde à vue s'imposait elle alors ? Il est aujourd'hui très facile à la lumière des derniers rebondissements de refaire l'histoire.