Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dix ans après la canicule de 2003 : ce qui a changé en Gironde

mardi 13 août 2013 à 7:30 Par Marion Dubreuil, France Bleu Gironde

La canicule de 2003 a été très meurtrière. Elle a fait 19.000 victimes, dont plusieurs centaines pour la seule région Aquitaine. Les premières victimes étant les personnes âgées. Depuis la France s'est dotée d'un plan canicule. Dix ans après la catastrophe, tour d'horizon du dispositif en Gironde.

Guerina De Nardi boit 1,5 litre d'eau par jour l'été
Guerina De Nardi boit 1,5 litre d'eau par jour l'été © Radio France - Marion Dubreuil

Les personnes âgées plus vulnérables

La canicule de 2003 a traumatisé la France. Les deux épisodes de chaleur intense de juillet et août 2003 ont fait 19.000 victimes sur tout le territoire . Ce bilan très lourd a révélé la fragilité et l'isolement des personnes âgées. Elles ont été les premières victimes de cette catastrophe. 15.000 personnes âgées ont perdu la vie pendant la canicule.

En Gironde, c'est la vague de chaleur du mois d'août 2003 qui a fait le plus de dommages. 1.337 personnes sont décédées en août 2003 contre 985 en août 2002. Une surmortalité due à la chaleur. Dix ans après France Bleu Gironde a cherché à savoir ce qui a changé dans le département.

L'adoption d'un plan canicule

Depuis 2004, l'Etat a adopté un plan canicule national pour faire face aux périodes de fortes chaleur. Le dispositif d'alerte comporte aujourd'hui 4 niveaux de vigilance. Du 1er juillet au 31 août le premier niveau de veille saisonnière est déclenché. Le niveau 2 d'"avertissement chaleur" est atteint en Gironde quand durant quatre jours consécutifs**** la température a dépassé les 35° en journée, et les 20° la nuit.

Michèle Delaunay, ministre en charge des personnes âgées : "Ce qui a changé c'est ce dispositif d'alerte automatique"

Les infirmières ont un dossier canicule à disposition  - Radio France
Les infirmières ont un dossier canicule à disposition © Radio France - Marion Dubreuil

Les maisons de retraites réaménagées

Pour éviter la catastrophe de 2003, la vigilance est accrue, notamment à l'égard des personnes âgées. Désormais, chaque maison de retraite doit disposer d'une salle de repos climatisée.

Malheureusement lors de la canicule de 2003, 55% des personnes âgées décédées étaient à leur domicile. Pour remédier à l'isolement des personnes âgées, chaque commune doit désormais tenir un registre pour répertorier les personnes isolées . Et en période de canicule, la mairie est chargée de prendre des nouvelles de ces personnes plus vulnérables que les autres.

Il faudra construire 550 000 places de plus d'ici 2040  - Radio France
Il faudra construire 550 000 places de plus d'ici 2040 © Radio France - Marion Dubreuil

Sylvie Pilotte était infirmière à la maison de retraite de l'hopital Robert Boulin à Libourne au moment de la canicule:

"2003, on n'avait pas de notion de canicule. Aujourd'hui le plan canicule ne change pas vraiment notre travail au quotidien." (Sylvie Pilotte, infirmière)

Sylvie Pilotte, infirmière à l'EHPAD de Libourne: "Je n'ai pas un souvenir impérissable de la canicule de 2003"

Christiane Dumesnil, 90 ans, supporte bien la chaleur - Radio France
Christiane Dumesnil, 90 ans, supporte bien la chaleur © Radio France - Marion Dubreuil

Guérina de Rida, résidente à l'EHPAD de Libourne: "Je bois 1,5 l d'eau par jour l'été, je me force"