Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dix députés réclament la fin de leurs "privilèges"

-
Par , France Bleu

Ces élus, qui siègent à l'Assemblée nationale dans des groupes politiques de tous bords, signent un appel commun dans la presse. Leur objectif : mieux encadrer ou carrément abolir les avantages dont ils jouissent, comme tous leurs homologues, et qui troublent leur image dans l'opinion publique.

L'Assemblée nationale
L'Assemblée nationale © Maxppp

Ils sont dix, font partie de la génération présentée comme montante, et prônent une nuit du 4 août des temps modernes : des députés PS, UMP et EELV co-signent, dans le Nouvel Observateur qui paraît ce jeudi, un appel commun. Alors que l'Assemblée accouche d'une loi de moralisation de la vie politique que certains jugent trop timorée, ils proposent tout simplement de supprimer bon nombre de "privilèges", d'avantages qui caractérisent la fonction de député, et qui suscitent depuis des années la controverse.

Retraites : les députés aussi ont leur régime spécial

A commencer par le régime spécial de retraites réservé aux élus. L'ancien ministre UMP Laurent Wauquiez estime que la "crédibilité" des députés passe par l'alignement de leur système sur celui du Français lambda.  Autre disparition prônée, celle de l'exonération fiscale de l'indemnité dite "des frais de mandat". Cette somme, allouée à chaque député, n'est en effet pas soumise à l'impôt sur le revenu. Le socialiste Jérôme Guedj voit là "une hypocrisie" à laquelle il souhaite mettre fin.

Surveiller l'enrichissement durant le mandat

Les signataires du texte défendent également l'introduction de nouvelles règles, destinées à améliorer la transparence. Le socialiste Olivier Faure propose de publier les augmentations de patrimoine entre le début et la fin du mandat parlementaire. Le texte élaboré par le gouvernement prévoit, lui, de rendre le patrimoine des élus consultables en préfecture. Dans le même ordre d'idée, Karine Berger (PS) réclame la publication de la réserve parlementaire, une autre somme réservée aux députés et aux sénateurs, qui peuvent la donner à qui ils veulent.

Fonctionnaire et élu : une contradiction intenable

Autre "privilège" dénoncé par Bruno Le Maire (UMP) : l'incompatibilité entre la fonction d'élu et celle de fonctionnaire. Le ministre, pour qui c'est un cheval de bataille récurrent, juge anormal que 38% des députés soient issus de la fonction publique. "Un haut fonctionnaire est garant de l'indépendance de l'Etat, or s'engager en politique signifie avoir des obligations partisanes". Un élu devrait donc être contraint de démissionner, et ne pas simplement se mettre en disponibilité.

Le projet sur la transparence du gouvernement
Le projet sur la transparence du gouvernement
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu