Dordogne : Germinal Peiro n'exclut pas d'augmenter les impôts

Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord vendredi 4 septembre 2015 à 17:06

Germinal Peiro lors de la présentation des Assises départementales
Germinal Peiro lors de la présentation des Assises départementales © Radio France

C'est au détour d'un questionnaire qui sera distribué aux périgourdins qu'est nichée une question sur la fiscalité. Le conseil départemental demande aux périgourdins s'ils seraient prêts à une participation supplémentaire sur la taxe sur le foncier bâti.

Germinal Peiro a lancé ce vendredi les Assises départementales. Elles se tiendront jusqu'à fin octobre. 

Au programme : 10 débats dans 10 lieux différents sur 10 thèmes jusqu'au 26 octobre. Le président Germinal Peiro a aussi envoyé plus de 3500 courriers aux décideurs du Périgord pour avoir leur avis sur les besoins et les ambitions pour la Dordogne de demain.

Mais surtout, il va distribuer un questionnaire à tous les foyers périgourdins. Vous pourrez le remplir soit par internet, soit en le renvoyant gratuitement par la Poste après l'avoir trouvé dans le journal du département "Vivre en Périgord". 

Questions sur la fiscalité

Et c'est à la dernière page de ce questionnaire "scientifique" élaboré avec l'aide d'enseignants chercheurs de l'IUT de Périgueux que se trouvent deux questions sur la fiscalité.

"Souhaitez-vous que le département maintienne son niveau d'accompagnement et d'intervention auprès des habitants, des associations, du développement économique et des services publics?" demande le conseil.

Un questionnaire comporte des questions sur la fiscalité - Radio France
Un questionnaire comporte des questions sur la fiscalité © Radio France

Avant d'ajouter: "Si oui, seriez-vous prêt à y contribuer par une participation supplémentaire sur la taxe sur le foncier bâti de l'ordre, par foyer, de: 4 euros/ mois, 6 euros/mois, 8 euros/moi ou 10 euros/ mois.

Augmenter les impôts, pas un tabou pour Germinal Peiro

Bref, le département semble avoir déjà fait ses comptes. Et effectivement pour Germinal Peiro, par ailleurs député socialiste du Périgord noir, "il n'y a aucun tabou".