06h55, 3 minutes avec...

3 minutes avec Ann Avril pour la Nuit de l'eau de l'Unicef

06h55, 3 minutes avec...

La Nuit de l'eau 2015 revient pour sa 8e édition le samedi 14 mars 2015 dans toute la France. Alors rendez vous dans l'une des piscines participant à l’opération pour nager au profit de l'Unicefet des enfants du Togo.

Depuis 8 ans, la Nuit de l’Eau, initiée par la Fédération Française de Natation et l’Unicef France, se déroule dans plus de 200 piscines de France. Celles-ci ouvrent leurs portes le temps d’une soirée festive et solidaire. Les fonds collectés servent à financer un programme d’assainissement et de préservation de l’eau au Togo.

Parce que c’est une denrée rare, elle devrait être équitablement partagée et parce qu’il nous suffit d’ouvrir notre robinet pour en être rassasié alors que d’autres meurent de ne pas en trouver, cette nuit lui est consacrée.L’eau. En bouteille, du ciel, elle coule plus que de source et pourtant… Plus de 47% de la population mondiale n’a pas accès à l’eau potable, deux tiers des décès enfantins sont provoqués par des maladies dues à l’eau ou au manque d’eau, 5000 enfants meurent chaque jour de diarrhée. Le bilan est sans appel, les inégalités sans précédent. L’eau c’est la vie et une vie sans eau, c’est la mort.

Cette 8e édition de la Nuit de l’Eau est parrainée (et depuis six ans déjà) par Alain Bernard qui fera une nouvelle fois le grand plongeon pour défendre l’accès pour tous à l’eau et récolter des dons.

Vous pouvez, comme lui, aider à relever le défi et parcourir quelques longueurs le 14 mars prochain. Festive, ludique, cette nuit de l’eau est donc aussi un moment de convivialité que partageront 220 piscines dans toute la France et leurs participants : bénévoles et public. Cet « effort » collectif et solidaire sera ensuite récompensé par la mise en place du programme « Wash in School » au Togo.

Entreprise ou particulier, passionné ou amateur, le challenge est de taille.Inscrivez-vous dès à présent et venez nager pour faire de cette nuit, une nouvelle performance de solidarité.