Replay du vendredi 22 janvier 2021

Foot féminin, grève de l’Équipe, ce qui attend les Crocos : Ce que l'on a dit ce vendredi dans l'émission

- Mis à jour le

Le foot féminin Nîmois, le journal l'Equipe en grève et deux semaines de latence entre la dernière rencontre des Crocos et la prochaine... Les dicussions sont nombreuses pour les supporters du Nimes Olympique en ce moment.

Illustration - Les Crocos ne doivent pas se sentir en vacances
Illustration - Les Crocos ne doivent pas se sentir en vacances © Maxppp - PHOTOPQR/LA PROVENCE/REY Jérôme

A Nîmes, on surnomme nos joueuses de foot « les gladiatrices »

Ce vendredi 22 janvier c'est la journée internationale du sport féminin. A Nîmes, il existe le club du football féminin Nîmes Métropole Gard. 140 licenciées, des toutes petites de l'âge de 6 ans jusqu'à l'équipe première, « les gladiatrices », qui évolue en deuxième division.

Cette année, un baby foot a été créé pour les plus petites joueuses dès l'âge de trois ans, pour s'initier au foot.

Illustration - L'équipe première de foot féminin à Nîmes
Illustration - L'équipe première de foot féminin à Nîmes - FFNMG

Manu Gros, partie prenante du club avec son frère Ludo, intervenait sur France Bleu Gard Lozère. Le foot féminin séduit de plus en plus : « Depuis un an ou deux, le foot féminin est un peu plus reconnu dans les médias. On en parle de plus en plus. Les matchs de D1 féminine sont retransmis à la télé, et on se rend compte que par rapport au foot masculin, ça calcule moins, ça va sans cesse d'un but à l'autre ». Ce que confirme Patrick Champ, consultant sportif, ex-joueur du Nimes Olympique : « Dans l'esprit, dans le jeu, la technicité,... on prend parfois plus de plaisir à regarder  des matchs de foot avec joueuses qu'avec des joueurs ».

Le club à l'arrêt, depuis le dernier confinement

Il n'y a plus de compétitions en ce moment dans le football féminin, hormis pour les équipes de première division. Mais c'est une aubaine pour « les gladiatrices » selon Emmanuel Gros. «On souhaite que cette crise sanitaire finisse évidemment. Après sur l'aspect sportif, on est déjà fin janvier. Si aujourd'hui il fallait reprendre un championnat, même si on peut reprendre des entraînements à doses homéopathiques, il nous faudrait de toutes façons quelques semaines de préparation. Ne serait-ce que pour limiter le risque de blessure... Pour remettre sur pieds l'équipe, ça prendrait du temps. Du coup, si on venait à nous annoncer une saison blanche, on la prendrait à bras ouvert, surtout que nous n'avons pas de très bons résultats en ce moment ». 

L'absence de l’Équipe, le journal depuis quatorze jours.

En grève. Le quotidien manque à ces lecteurs sportifs, comme Patrick Champ : « Je le lis tous les jours, c'est ma bible. Il y a tous les sports, comme le biathlon qui y sont écrits. Il ne faut pas que le conflit s'éternise ».

Illustration - Le journal l'Equipe ne parait plus depuis 14 jours
Illustration - Le journal l'Equipe ne parait plus depuis 14 jours © Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN/Arnaud Journois

« On nous demande de travailler plus pour gagner moins » disent les salariés de l'Equipe qui voient venir un plan social et le licenciement de plusieurs dizaines de personnes. Pluieurs tribunes viennent d'être publiées en soutien à l'Equipe. Notamment celle de plus de 150 grands sportifs. Le capitaine Nîmois Anthony Briançon a signé cette dernière.

Pour le Nîmes Olympique : Période de latence, mais pas de vacances

Les Lorientais, touchés par la COVID, ne peuvent pas jouer la rencontre, prévue initialement ce dimanche 26 janvier face à Nîmes. Du coup, les Nîmois, entre leur victoire face à  l'OM et la prochaine rencontre face à Angers ont onze jours pour se préparer. Est-ce une bonne affaire ce laps de temps ? « Il faut surtout savoir que dès la rencontre à Angers, les Crocos vont devoir enchaîner cinq matchs, dont des matchs très importants face à des équipes que l'on sait être dangereuses », explique Patrick Champ.  

Il faut donc que les Crocos ne se reposent pas sur leurs lauriers. « La quinzaine qui va venir va être déterminante pour le Nimes Olympique. On a un coup à faire. La victoire face à l'OM nous a remis dans le bain », note-t-il.

Le cycle va reprendre, de l’entraînement, de la vidéo, des spécifiques attaquants / défenseurs et puis tout le bloc va se retrouver pour préparer une équipe commando pour la première rencontre de cette quinzaine forte face à Angers.

Mots clés: