100% CLUBS

Le lundi et le vendredi à 18h

Adrien Lebas et Jean Chazal sont les invités de 100% Club
Adrien Lebas et Jean Chazal sont les invités de 100% Club © Radio France - Nicolas Blanzat

100% Club avec le neurochirurgien Jean Chazal et Adrien Lebas (Malemort XV)

Diffusion du vendredi 8 novembre 2019 Durée : 24min

Dans 100% Club ce vendredi soir, nous parlons rugby et littérature en direct de la foire du livre de Brive. Nous recevons le neurochirurgien Jean Chazal, auteur du livre "Ce rugby qui tue", et l'ex joueur amateur Adrien Lebas qui a arrêté le rugby après plusieurs commotions cérébrales.

Notre émission 100% Club évoque le rugby et la littérature, ce vendredi soir, en direct de la foire du livre de Brive. Le neurochirurgien honoraire Jean Chazal, auteur du livre "Ce rugby qui tue", a été un lanceur d'alerte en matière des conséquences sur le cerveau des chocs dans le rugby. A 29 ans, Adrien Lebas est lui un ex joueur amateur, désormais co-entraîneur du club de Malemort, en Fédérale 2. Il a arrêté le rugby il y a un an après plusieurs commotions cérébrales. " Au moins neuf " dit-il dans cette émission.

"On se sert de la règle du passage en force avec les jeunes"

Le débat s'engage dans cette émission sur les dispositions déjà prises pour tenter d'endiguer et de contenir les chocs violents. Et ce qu'il reste à faire. " Le vrai problème, c'est la prévention, la formation et l'éducation " estime Jean Chazal, qui débat sur la réalité des choses sur le terrain avec Adrien Lebas, par ailleurs professeur d'éducation physique et sportive. " Je pense qu'on peut faire évoluer les choses. Pour les jeunes, une nouvelle règle a été adoptée, c'est celle du passage en force que l'on connaît au handball ou au basket. On s'en sert avec les jeunes pour qu'ils n'utilisent pas leur physique en allant s'emplâtrer dans le défenseur. Mais, au contraire, qu'ils jouent sur leurs appuis et trouvent un intervalle pour éviter les contacts et les chocs frontaux. "

"Il y a une mise à plat à faire, une sorte d'états généraux du rugby"

Des propos qui inspirent Jean Chazal. " Peut-être faut-il mettre un coup de balai au plus haut niveau des instances ? Là où il faut que les gens soient plus professionnels et éduqués à tout ce qui peut arriver au rugby. Je pense qu'il y a une mise à plat à faire, une sorte d'états généraux du rugby. Peut-être qu'on arrivera à quelque chose, pour faire renaître le rugby. Ce qu'il était, ce sport magnifique, intellectuel, stratégique, comme un jeu d'échec, avec une mixité sociale. Pour le moment, on fait du replâtrage. Il faut changer de mentalités " estime-t-il dans cette émission.