Replay du lundi 31 mai 2021

David Matam Matam, l'haltérophile bisontin qui enchaîne les olympiades depuis 2000

100% olympique #35 avec David Matam Matam, issu d'une incroyable fratrie d'haltérophiles olympiques. Le Franco-Camerounais de Besançon a, lui, déjà vécu cinq olympiades consécutives depuis 2000 : athlète, puis dans l'encadrement de l'équipe de France dont il forme les futurs champions à 46 ans.

L'haltérophile bisontin, David Matam Matam, lors des JO d'Athènes en 2004
L'haltérophile bisontin, David Matam Matam, lors des JO d'Athènes en 2004 © Maxppp - /

L'haltérophilie, c'est une longue dynastie familiale chez les Matam. Didier, le père, figure incontournable de la discipline au Cameroun, a initié pas moins de onze de ses quatorze enfants à l'art de soulever les barres de fonte ! Et parmi eux, ils sont carrément quatre frères qui ont remarquablement performé au point de, chacun, vivre plusieurs fois la grande aventure olympique sous la bannière camerounaise et/ou française : à partir de 1992 (Barcelone) pour Alphonse, 1996 (Atlanta) pour Samson et depuis 2012 (Londres) pour Bernardin, le champion d'Europe 2017 (-69 kg) et 2019 (-67 kg) qui rêve maintenant de briller lors des tous prochains JO de Tokyo (23 juillet au 8 août 2021).

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Et puis, il y a donc aussi David Matam Matam : cinq olympiades consécutives au compteur... Le natif de Yaoundé en 1975 s'est installé à Besançon en 2000, dans la foulée de sa toute première expérience olympique à Sydney où il avait malheureusement dû déclarer forfait sur blessure au coude... Puis, il y a eu Athènes en 2004 (9e, -85 kg), Pékin 2008 et Londres 2012 (remplaçant) avant de passer dans l'encadrement de l'équipe de France à Rio en 2016. Et depuis 2018, David Matam Matam est le CTS (Conseiller Technique Sportif) Grand Est en charge de la formation des futurs champions de l'haltérophilie française qu'il espère voir briller, notamment, lors des Jeux de Paris 2024...

Pas seulement une histoire de très gros muscles : technique, mental d'acier et rigueur quotidienne hors salle aussi

L'haltérophilie, une formidable histoire de famille olympique donc chez les Matam ! Mais tout sauf une simple histoire de gros "biscotos" seulement, insiste l'expérimenté Bisontin qui fêtera ses 46 ans ce 5 juin. Non, ce sport réclame aussi, voire surtout, technique minutieuse et force... mentale ("moi, j'étais un vrai lion : à l'entraînement comme en compétition, j'étais toujours à fond et je ne doutais jamais") ! Sans oublier, au quotidien également, une hygiène de vie impeccable. Pas tant sur la nutrition ("la pratique de l'haltérophilie fait facilement brûler beaucoup de calories"), mais plutôt sur tous les à-côtés à bannir : alcool, soirées festives et bien évidemment les produits... dopants ("ça, c'est pour les tricheurs, les faibles !").

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

David Matam Matam nous dévoile tous ses petits secrets de la réussite au plus haut niveau international dans cet épisode #35 de 100% olympique, le podcast de France Bleu Besançon sur les coulisses de la performance des athlètes de Franche-Comté aux JO, en partenariat avec le Comité Régional Olympique et Sportif (CROS) Bourgogne Franche-Comté.