Replay du lundi 21 juin 2021

Gwendoline Matos, l'ambitieuse Franc-Comtoise des Bleues du paralympique goalball

100% olympique #38 avec Gwendoline Matos de l'équipe de France de goalball, seul sport collectif féminin des Jeux Paralympiques pour les personnes déficientes visuelles. Installée à Besançon depuis ses 10 ans, la Jurassienne recherche de nouveaux sponsors pour optimiser sa préparation de Paris 2024.

Gwendoline Matos, la Franc-Comtoise de l'équipe de France paralympique de goalball
Gwendoline Matos, la Franc-Comtoise de l'équipe de France paralympique de goalball - Jean-Charles Sexe - Ville de Besançon

Un terrain de volley (9 m de large et 18 de long), mais -évidemment- sans les poteaux et le filet au millieu, deux buts (1,30 m de hauteur sur toute la largeur du terrain) à chaque extrémité et trois joueurs/joueuses par équipe qui, à tour de rôle, se lancent à la main et plongent pour tenter d'arrêter un ballon bleu et... sonore -rempli de grelots- à la taille et au revêtement d'un ballon de basket ! Bienvenue au goalball, cet unique sport collectif féminin présent aux Jeux Paralympiques pour les personnes déficientes visuelles ! 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Une discipline où les Bleues viennent de décrocher la médaille de bronze à l'Euro 2021 (Division B) au début de ce mois de juin en Finlande, avec à la clé une accession en Division A, l'élite continentale du goalball. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Et parmi les joueuses de cette équipe de France, depuis 2017, il y a la Franc-Comtoise Gwendoline Matos (4e meilleure buteuse du dernier Euro 2021). La Jurassienne d'origine vit à Besançon depuis ses 10 ans, après y avoir intégré un établissement adapté à son handicap : une maladie génétique rare de la rétine détectée à l'âge de 7 ans, la maladie de Stargardt qui impacte considérablement la vision de Gwendoline Matos dont le champ visuel est rétréci à 1/10e à chaque œil...

Besoin de sponsors pour financer sa préparation à Paris 2024 et optimiser ses aptitudes physiques et mentales indispensables dans le goalball

La Franc-Comtoise de 27 ans s'entraîne minutieusement avec son club de Besançon (Association Sportive et Culturelle des Centres de Bregille) -une fois par semaine- et avec l'équipe de France lors de stages internationaux toutes les quatre à six semaines, où les Bleues bénéficient d'un suivi très pointu dans tous les domaines (préparateur physique, préparatrice mentale, kinés, nutritionnistes). Sans compter ses séances "maison" chez elle, où elle a transformé sa chambre d'ami en salle de sport ! Mais pour performer encore plus et mieux, afin d'espérer briller aux Jeux Paralympiques de Paris 2024 que les Bleues du goalball disputeront automatiquement en tant que pays hôte, Gwendoline Matos souhaite également s'associer les services supplémentaires de coaches physique et mental ("le goalball est un sport d'écoute nécessitant une énorme concentration qui brûle une énergie folle durant un match"). 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Malgré tout, cet accompagnement spécifique et régulier à un certain coût financier, à ajouter aussi au renouvellement de son équipement de goalballeuse qui s'use assez rapidement (genouillères, coudières, plastron, short renforcé). Environ 6.000 euros annuels, estime la standardiste de la mairie de Besançon qui peut, certes, déjà compter sur le soutien logistique de son employeur municipal et de ses deux sponsors actuels, mais qui est en quête de sponsors supplémentaires...

Gwendoline Matos nous dévoile tous ses petits secrets de la réussite au plus haut niveau international dans cet épisode #38 de 100% olympique, le podcast de France Bleu Besançon sur les coulisses de la performance des athlètes de Franche-Comté aux JO, en partenariat avec le Comité Régional Olympique et Sportif (CROS) Bourgogne Franche-Comté.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix