Replay du samedi 30 janvier 2021

Mais que se passe-t-il avec WhatsApp et Mark Zuckerberg ? La guerre est déclarée.

Une polémique enflamme le net autour des conditions générales de ventes de l'application What's App. Les internautes semblent vouloir s'en détourner. C'est votre cas ? Mais quelles options s'offrent à vous ?

Quelles alternatives à WhatsApp
Quelles alternatives à WhatsApp © Getty

WhatsApp, c'est la messagerie en ligne la plus répandue au monde. Elle permet à quelque 2 milliards d'utilisateurs de communiquer entre eux de manière très simple, via texte, audio ou vidéo.

De puis quelques semaines, la messagerie en ligne (propriété de facebook) informe ses utilisateurs que (je cite) "Les Conditions d'utilisation et la Politique de confidentialité [de WhatsApp] vont être mises à jour". Une petite phrase anodine qui a enflammé la toile.

WhatsApp souhaite modifier ses conditions générales pour lui permettre d'échanger ses données (comprenez "les vôtres") avec d'autres plateformes du groupe dans le cadre de partenariat commerciaux. Tout est dit.

Le groupe de Mark Zuckerberg s'est depuis défendu, arguant d'abord que seuls les "messages adressés aux entreprises" étaient concernés, avant de repousser au 15 mai la mise en place de ces nouvelles conditions générale, devant l'exode de millions d'utilisateurs.

Jamais des petites lignes sur un contrat n'auront autant fait parler !

WhatsApp en voudrait à vos données
WhatsApp en voudrait à vos données © Getty

Vous pensiez vraiment qu'une messagerie détenue par le plus grand réseau social (privé) au monde, régulièrement soupçonné d'en vouloir à vos données personnelles ne lorgnerait pas sur vos messages personnels ? 

C'est un peu comme lâcher un môme de 4 ans dans un magasin de sucreries. C'est trop tentant. 

Même si (il faut bien l'accorder à WhatsApp) un tout petit nombre d'informations sont concernées, le mal est fait. Les internautes commencent regarder ailleurs pour s'assurer la parfaite confidentialité de leurs échanges. 

Deux systèmes se tirent en ce moment la bourre. 

Le premier, c'est TELEGRAM, une messagerie russe ; et le second SIGNAL, son pendant américain. 

Sans vouloir prendre parti, sachez simplement sur SIGNAL propose l'ensemble de son code en "OPEN SOURCE"...

En gros, ils montrent à qui veut le voir les entrailles de leur programme 

Ce que le russe ne fait qu'en partie.

SIGNAL propose aussi plus d'options comme la visio conférence à plusieurs, ce que ne propose pas encore TELEGRAM.

Mais comme cyber monde, la vérité du jour n'est pas celle du lendemain, on n'est pas à l'abri qu'un jour, ces deux chevaliers blancs ne voient eux aussi leurs conditions générales évoluer.

Que cela nous serve de leçon et nous habitue à lire les petites lignes des CGV !

Mots clés: