Replay du mardi 8 octobre 2019

Pour Claude de Ganay, député LR du Loiret, Christophe Castaner doit "arrêter de faire de la gesticulation médiatique"

- Mis à jour le

Claude de Ganay ne demande pas la démission de Christophe Castaner : "ça ne réglera pas le problème". Mais le député du Loiret souhaite que le ministre de l'Intérieur, mis en cause après l'attaque au couteau menée à la préfecture de police de Paris, "arrête ses gesticulations médiatiques".

Claude de Ganay, député Les Républicains du Loiret
Claude de Ganay, député Les Républicains du Loiret © Maxppp -

Après l'attaque au couteau qui a fait quatre morts parmi les personnels de la préfecture de police de Paris, attentat perpétré par un agent radicalisé qui travaillait au sein du service de renseignement, plusieurs élus d'opposition, notamment LR, demandent la démission du ministre de l'Intérieur.

Ce n'est pas le cas de Claude de Ganay, député Les Républicains du Loiret : "ce n'est pas parce qu'on va changer le ministre de l'intérieur que les choses vont s'améliorer ! C'est vraiment au sein de cette direction au sein de la préfecture de police de Paris qu'il faut faire le ménage, prendre des sanctions"

Christophe Castaner doit arrêter la gesticulation médiatique

En revanche, Christophe Castaner doit "arrêter de faire de la gesticulation médiatique. Il faut qu'il prenne la mesure de son poste, c'est un ministère régalien de premier ordre et il faut qu'il ait vraiment tous les éléments avant de s'exprimer comme ça pour montrer qu'il est sur le terrain".

Il y avait des indices concordants de radicalisation

Sur le profil du tueur de 45 ans, et le fait qu'il n'ait pas été repéré alors qu'il travaillait au sein d'un service de renseignement (comme agent administratif), Claude de Ganay estime qu'il y avait "des indices concordants, montrant une forme de radicalisation, en tout cas de dérive."

Il y a des failles

Selon le député loirétain, "les procédures n'ont pas été respectées. Quand on voit ce qui se passe aux Etats-Unis, c'est autre chose : les fonctionnaires passent dans des portiques, doivent montrer leurs badges. Là, on a l'impression qu'on rentre comme on veut, on fait partie de la amison donc on rentre dans la maison, _il y a des failles_"

Claude de Ganay demande donc à son tour l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire après cette attaque : "il faut arrêter ce que certains experts appellent le "dénislamisme", il est réel dans notre société, on doit tous en prendre conscience collectivement".

Mots clés: