Replay du mercredi 2 octobre 2019

...sur les conséquences de l'incendie de l'usine Lubrizol

- Mis à jour le

Malgré des déclarations qui se veulent rassurantes, la population de Rouen reste très inquiète sur les conséquences de l'incendie de la semaine dernière. Car autorités mettent beaucoup de temps à publier les résultats des analyses. Et cela crée forcément un climat de suspicion.

5mn pour trancher
5mn pour trancher © Getty

Cela fera tout juste une semaine demain qu'un incendie a ravagé l'usine Lubrizol de Rouen et à ce jour, quasiment rien sur le résultat des analyses effectuées après l'incendie.

Les seuls éléments scientifiques dont on dispose, mais seulement depuis hier soir, c'st la longue liste des produits chimiques qui étaient stockés dans l'usine et qui sont donc partis en fumée. Liste diffusée hier par la préfecture de Seine Maritime.

Hier soir, environ 2.000 personnes ont manifesté devant la préfecture à Rouen. Manifestation pour réclamer plus de transparence sur les conséquences de l'incendie de l'usine classée Seveso. 

Hier, les autorités ont tenté d'éteindre cette fois l'incendie médiatique qui couve en annonçant que des prélèvements de poussières d'amiante avaient été effectués dans un rayon de 300 mètres autour de l'usine.  Et les premières conclusions, selon elles, ne laissent apparaître aucune trace des redoutées fibres blanches hautement cancérigènes.

Le problème, c'est que beaucoup de rouennais ne croient pas à ces informations à priori rassurantes.  

Parce que les odeurs sont toujours là. Parce que c'est long une semaine pour publier des résultats. Parce que sur internet, ou sur les réseaux sociaux, fleurissent aussi beaucoup de fake news: de faux communiqués de la préfecture, des images d'oiseaux morts ou de lavabos remplis d'eau trouble et sale. Des images qui, il faut le préciser, ont été détournées par les auteurs de ces "infoxs"...

Et puis il y a ce qu'on pourrait appeler aussi le syndrome Tchernobyl, du nom de la catastrophe nucléaire de 1986, quand le nuage radioactif s'était soit disant arrêté net à la frontière française ? 

Un précédent qui n'arrange rien...  

Mots clés: