Replay du mardi 28 mai 2013

L'UFC Que Choisir et l'association des responsables de co-propriétés lancent ensemble un observatoire des syndics

Mis à jour le

Elles veulent dénoncer les clauses abusives pour obtenir une réforme du décret qui régit la profession, à quelques semaines de la présentation du projet de loi sur le logement.

Mise en place d'un observatoire des syndics
Mise en place d'un observatoire des syndics © Fotolia

Les griefs contre les syndics sont nombreux. En 2011 ils ont été épinglés pour une vingtaine de clauses abusives dans leurs contrats de gestion de co-propriété. Des clauses contractuelles mais aussi des clauses tarifaires. 95 % des contrats sont concernés. L'an dernier l'association a demandé à Benoît Hamon le ministre de la consommation de réformer le décret qui régit les honoraires des syndics. Par exemple en imposant le compte séparé pour la co propriété dont les fonds ne seraient plus confondus avec ceux du syndic.Il faut dire que les charges pèsent de plus en plus lourd Elles ont augmenté entre 3et demi et 5 pour cent par an depuis 10 ans. Et ce n'est pas seulement dû aux factures d'énergie mais aussi aux honoraires des syndics. Qui plus est, les syndics affichent des tarifs de base modérés mais se rattrapent ensuite sur les frais exceptionnels, qui représentent maintenant plus de la moitié de la note... Difficile du coup de comparer les tarifs. Les deux associations demandent donc la création d'un contrat standard, tout compris. Elles veulent aussi que certains frais soient plafonnés. Pour le moment par exemple, l'envoi d'une lettre recommandée à un co-propriétaire est facturé entre 15 et 120 euros selon les syndics. Autre exemple l'état daté dont le notaire a besoin pour vendre votre bien est facturé entre 200 et 700 euros.