Actu conso. L'association CLCV dénonce la composition des plats à base de poisson

L'association CLCV dénonce la composition des plats à base de poisson

Que ce soit de rillettes, des croquettes ou des soupes, il est difficile de savoir combien de poisson ils contiennent vraiment et de quel poisson il s'agit.

Dans la moitié des produits étudiés par la CLCV, on ne peut pas savoir quel poisson entre dans leur composition. C'est notamment le cas pour les soupes, les surimis et les croquettes. D'où un risque de tromperie pour le consommateur. Pire encore, la teneur en poisson est souvent inférieure à 30% sauf pour les poissons panés. Mais rarement des filets de poisson. Dans ces préparations toutes faites on trouve plutôt un mélange constitué de chutes de filet, mais aussi des arrêtes et de la peau. Le tout est mixé dans des broyeurs et rebaptisé chair de poisson. Le reste ce sont des agents de texture, des matières grasses ou de l'eau... Pour certains plats, la composition est indiquée en deux parties, et c'est le consommateur lui-même qui doit faire les calculs pour savoir combien il y a de poisson dans son plat. La CLCV demande donc de clarifier les étiquettes pour que les consommateurs sachent ce qu'ils mangent quand ils achètent ces produits.

Partager sur :