Replay du jeudi 6 mai 2021

Affaire de l'Evêque de Bayonne : "Peu Catholique". Episode n° 4, Drame en quatre actes

Nous sommes le 31 Janvier 1918. L’évêque des diocèses de Bayonne, Lescar et Oloron, est agressé en pleine nuit par deux malfaiteurs qui cambriolent son bureau épiscopal. Très rapidement, les policiers bayonnais mettent la main sur une bande de voyous connus de leurs services.

7 suspects ont été interpellés dans le cadre de cette affaire !
7 suspects ont été interpellés dans le cadre de cette affaire ! © Getty - James C Hooper

En moins de 24h et grâce au témoignage de la victime, les policiers bayonnais interpellent, au saut du lit, pas moins de sept suspects qu’ils placent aussitôt en garde à vue. Pour les hommes du commissaire Cochet, il fallait frapper vite et fort. D’un bout à l’autre du département, l’annonce de l’agression nocturne à l’évêché de Bayonne suscite une profonde indignation. Aimé de ses fidèles, Mgr Gieure est né six décennies plus tôt à Castets, dans les Landes. Ordonné prêtre à l’âge de 23 ans, l’ancien élève du séminaire parisien de Saint-Sulpice fut d’abord vicaire à Mont de Marsan, puis recteur du Grand Séminaire à Aire sur Adour. C’est le 25 février 1906 que le Pape Pie X reçoit François-Xavier au Vatican où il le sacre évêque de Bayonne, Lescar et Oloron. Une date mémorable. Voilà déjà quatre ans que son siège demeurait vacant. Le jour de son installation, une foule en liesse se bouscule pour acclamer l’arrivée du nouvel Évêque.

A l’Hôtel de police de Bayonne, l’enquête progresse. Les sept suspects finissent par dérouler le fil des évènements. Acte 1 : Anselme, un soldat déserteur, se présente à l’évêché afin de réclamer quelques subsides à Mgr Gieure. Le prélat accueille à bras ouverts celui qui vient, en vérité, repérer les lieux. Acte 2 : alléché par la liasse de billets qu’il a aperçue dans le bureau du prélat, Anselme tente le coup avec trois compères dans la nuit du 25 janvier 1918. Au pied de la maison épiscopale, les quatre hommes escaladent une à une les saillies en pierre. Mais, le passage inopiné d’une voiture déjoue la tentative. Qu’à cela ne tienne. Acte 3 : le 30 janvier, Anselme revient réclamer quelques sous à l’évêque. Joseph, son comparse, scrute le bâtiment au détail près. Acte 4 : le soir même, ils sont sept à pied d’œuvre. Cinq d’entre eux font le guet tandis que Intsaby et Estebetguy jouent les monte-en-l’air jusqu’au bureau de l’évêque.