Replay du mercredi 23 décembre 2020

Affaire Léon Uthurburu - Léon, le bienfaiteur / épisode n°3 : retour au pays

Le destin extraordinaire d’un souletin né à Barcus, et parti faire fortune en Équateur au 19ème siècle. Après trente années passées aux Amériques, Léon Uthurburu éprouve le mal du pays. Il boucle ses valises et prépare le trajet retour vers sa terre natale de Soule…

Magnifique héritage pour la commune de Barcus
Magnifique héritage pour la commune de Barcus © Getty - brightstars

Après trois décennies passées au pied des Andes, Léon Uthurburu éprouve de plus en plus le mal du pays. L’idée de revenir dans son village natal de Barcus le taraude. Qu’importe s’il a cru, un temps, jouir de sa retraite sur une île perdue au milieu de l’Océan Pacifique. Léon est né en Soule. C’est donc là qu’il viendra se retirer et élire sa dernière demeure. En l’an 1853, Don Uthurburu plie bagages. Il boucle ses valises et ramène avec lui sa fortune en or, ses devises, et ses diamants. Retour à Barcus, ce village qu’il a quitté trente années plus tôt alors qu’il était un jeune homme. Du haut de ses cinquante printemps, Monsieur Léon affiche maintenant des tempes grisonnantes. Le jeune retraité élit domicile dans l’une des maisons occupant la place centrale du village. En Soule, le retour de l’homme illustre suscite admiration et parfois jalousie. Bien que richissime, Léon Uthurburu se garde bien d’étaler sa fortune…

Et pourtant, le vieil homme n’oublie jamais d’aider ceux de ses semblables dans le besoin…

À la sortie de la messe, le dimanche, il donne généreusement la pièce aux miséreux du village. Sept ans plus tard, la santé du vieil homme décline. Uthurburu, l’ancien négociant d’équateur, un temps diplomate au service de Napoléon III, pressent que sa dernière heure approche. Au printemps 1860, il fait appeler M. le maire de Barcus. L’élu traverse la place du village. Après quelques amabilités d’usage, Léon n’y va pas par quatre chemins. Son cœur est faible. Il est au soir de sa vie. Le maire tente de le rassurer. En vain. Le vieil homme se lance dans un long monologue. Il n’a ni épouse, ni descendance. Léon Uthurburu a donc décidé de léguer à son village natal l’ensemble de ses biens. À Monsieur le Curé, Léon offre sa demeure qui deviendra le presbytère. Aux pauvres de la commune, il lègue 200.000 francs or placés en bons d’État, ses biens en Équateur, ses moulins ainsi que son île, dans l’archipel des Galapagos…