Affaires classées racontées par Thierry Sagardoytho

Les policiers perquisitionnent pour poursuivre leur enquête - image d'illustration
Les policiers perquisitionnent pour poursuivre leur enquête - image d'illustration © Getty - Jean-Pierre REY

Deux fers au feu (affaire Stéphane Colliaux) - Épisode n°4 : à un cheveu de la mort

Diffusion du jeudi 9 janvier 2020 Durée : 2min

A Biarritz en mars 2012, un chef d’entreprise de la côte basque a tenté de tuer l’amant de sa femme. Un homme grièvement blessé que le suspect conduit aussitôt à l’Hôpital de Bayonne où il est appréhendé par les policiers. Les enquêteurs décident alors de perquisitionner les lieux du crime.

Dimanche 1er avril, les policiers de la CRIM’ déboulent 12 rue d’Harcet, à Biarritz. La perquisition commence. C’est là, dans cette paisible résidence, que la veille, Christian Tour, le Directeur de l’usine Turbomeca à Tarnos, a bien failli passer à trépas. Les enquêteurs notent de nombreuses traces de sang sur le sol de l’entrée. Il y a aussi ce meuble renversé par terre. Comme si l’agresseur et sa victime s’étaient battus. Sur le canapé du salon, il y a un fusil de chasse. C’est l’arme du crime. Les policiers le placent aussitôt sous scellé. Vient ensuite l’enquête de voisinage. Les locataires de l’immeuble ont bien entendu « un gros bruit hier soir, comme un meuble qui tombe ». Autre détail, Christian Tour, le nouveau locataire, avait emménagé, 3 jours plus tôt, en compagnie d’une femme aux cheveux blonds. Rien de plus. Les policiers referment la porte. Il est dorénavant interdit d’entrer : « scellé judiciaire » indique le scotch jaune.

Comment la victime s’en sort elle ?

Sur son lit d’Hôpital, Christian Tour se bat contre la mort. La décharge de plomb, tirée à bout portant, a labouré son épaule gauche, à quelques millimètres du cou et ses artères vitales. L’état du malheureux est si grave qu’il s’est vidé d’une bonne partie de son sang. Dans la nuit, les chirurgiens bayonnais tentent l’impossible. Le lendemain, Christian Tour est conduit, en hélicoptère, au CHU de Bordeaux. Survivra-t-il ? Conservera-t-il de graves séquelles ? Seul le destin en décidera. Il faut maintenant attendre, selon la formule consacrée…
Au Commissariat de Bayonne, les policiers écoutent avec intérêt le témoignage de Marie, l’épouse du gardé à vue et la maîtresse de la victime. Voilà plusieurs mois que son couple battait de l’aile. Début 2012, la conductrice de taxi fait la connaissance de Christian. Lui aussi semble malheureux dans son couple. De confidences en baisers volés, l’un et l’autre finissent par tomber follement amoureux.

Mots clés