Replay du lundi 26 avril 2021

L’affaire Louis Althape : épisode n°1, une météore prénommée Loulou

- Mis à jour le

Jeudi 2 mai 1996, le sénateur béarnais Louis Althape est mis en examen dans la sulfureuse affaire des « Jardins de Sully ». La justice lui reproche d’avoir commis diverses malversations au sein de sa maison de retraite d’Aramits. Débute alors une féroce guérilla judiciaire qui durera neuf années.

Louis Althape surnommé "Loulou" débute sa carrière politique en étant maire de Lanne en Barétous
Louis Althape surnommé "Loulou" débute sa carrière politique en étant maire de Lanne en Barétous © Getty - Pascal Deloche / Godong

Bienvenue à Lanne en Barétous, un village de 500 âmes niché au cœur d’une vallée verdoyante voisine de la Soule et de la Basse-Navarre. Son élégant manoir, baptisé Château de Porthos, rappelle que la commune a accueilli, il y a bien longtemps, le palois Isaac de Porthau, l’un des mousquetaires du roi Louis XIII devenu célèbre grâce à Alexandre Dumas. Lanne est également le village natal de Louis Althape. Ce sénateur, que chacun surnomme ici Loulou, a débuté comme boulanger-épicier. Il a 23 ans à peine lorsqu’avec une bande de copains, il prend la tête de la liste qui l’installe au fauteuil de maire aux élections de 1971. Son opposant, le candidat sortant, a fait campagne sur un projet de déplacement du cimetière communal. Mauvaise idée. Louis Althape suggère, au contraire, de le réaménager. Sa victoire est sans appel. Arborant fièrement l’écharpe tricolore, Loulou devient alors l’un des plus jeunes maires du pays

C’est le début d’une longue, très longue, ascension politique

Deux ans plus tard, son ascension politique se poursuit. Aux élections de 1973, Louis Althape prend chacun de court en annonçant qu’il brigue à présent le mandat de conseiller général du canton d’Aramits. Nouvelle victoire pour le jovial candidat qui, du haut de ses 25 printemps, fait son entrée au parlement de Navarre où il devient le benjamin d’une assemblée composée d’hommes bien plus âgés… Discret, mais actif, l’élu béarnais prend sa carte au RPR où il marche dans les pas d’un certain Jacques Chirac. Ardent défenseur de son territoire, il œuvre à la création d’un district réunissant les villages de sa vallée. Une prouesse qui le place en piste pour l’association Nationale des Élus de montagne dont il devient l’un des piliers. Estimé de ses pairs, Louis Althape poursuit sa route en décrochant, en 1992, son fauteuil de sénateur au Palais du Luxembourg. Un parcours politique brillant et sans faute. Jusqu’à ce maudit 30 avril 1996…

Mots clés: