Replay du lundi 21 septembre 2020

Cinq ans sous terre, épisode n°1 : disparu (affaire Anouar Zehti)

- Mis à jour le

Septembre 2010, un jeune homme habitant Orthez disparaît subitement. 8 jours plus tard, les gendarmes découvrent son véhicule, près d’Artix. Débute alors une incroyable enquête criminelle. Il faudra 5 longues années pour connaître la clef de l’énigme.

L'hélicoptère de la gendarmerie à la recherche de la Ford Focus noire d'Anouar
L'hélicoptère de la gendarmerie à la recherche de la Ford Focus noire d'Anouar © Getty - picture alliance

Mardi 14 septembre 2010, Mohamed pousse la porte de la gendarmerie d’Orthez. Il est 18h40.  Un militaire l’accueille. « Bonsoir, que puis-je pour vous ? ». Le quadragénaire se dit très inquiet. Depuis deux jours, son fils âgé de 22 ans, a soudainement disparu. Dimanche, vers 17h, Anouar a quitté le foyer familial au volant de sa Ford Focus noire, sans dire où il allait. Depuis, le gamin n’a plus donné signe de vie. Ses proches ne comprennent pas. Il était vêtu d’un Tee-shirt, d’un short et de claquettes. Pas vraiment la tenue pour un départ en voyage. Et puis, le lendemain matin, Anouar devait prendre son poste chez Euralis, à Lescar. « Absent » leur a-t-on répondu. Mickaël, un collègue de travail, est tout aussi inquiet. Il n’a aucune nouvelle. Or, les deux garçons devaient se rendre au boulot en co-voiturage dès 7h30 le lundi matin. Le gendarme note. Anouar n’a jamais disparu ainsi. Dans les hôpitaux du coin, aucun patient n’a été admis à ce nom.

Le lendemain, les gendarmes entament les premières vérifications. Le disparu n’avait aucun téléphone portable. Difficile dès lors de le localiser. Les patrouilles du secteur placent le véhicule AK-534-NQ sous surveillance, sans résultat. Une semaine plus tard, les enquêteurs font appel à l’hélicoptère de la Gendarmerie. Depuis Artix, le pilote ratisse la zone. Bonne pioche, une heure plus tard, il aperçoit le véhicule embourbé au fond d’un champ de maïs bordant un chemin de terre. Plusieurs patrouilles se rendent sur place. Que diable ce véhicule fait-il là ? La Ford Focus est vide, fermée à clef et son propriétaire est introuvable. Les Gendarmes passent la voiture au crible. Grâce au Bluestar, ils découvrent des traces de sang sur la banquette arrière et dans le coffre. Sang humain ou animal ? Le prélèvement part aussitôt au Labo. L’examen ADN est formel : le sang est celui du disparu. Pour les gendarmes, l’affaire sent maintenant très mauvais.

Mots clés: