Replay du mardi 25 mai 2021

L’affaire Alexandre Junca : l’enquête, épisode n°2, un détail qui présage du pire

- Mis à jour le

Au cœur de la terrifiante affaire Alexandre Junca qui ébranla le Béarn en 2011. L’adolescent palois disparaît dans la soirée du samedi 4 juin alors qu’il passe le week-end chez son père. Le lendemain, Valérie sa mère tombe des nues en apprenant l’inquiétante nouvelle de la bouche de son ex-compagnon

Affaire Alexandre Junca : le vélo est retrouvé à cet endroit
Affaire Alexandre Junca : le vélo est retrouvé à cet endroit © Radio France - Daniel Corsand

Sur l’instant, Valérie Lance est sidérée ! Qu’est-il arrivé à son fils ? Mais, surtout, pourquoi n’avoir pas réagi plus tôt ? Dix-neuf heures se sont déjà écoulées. C’est un terrible retard à l’allumage pour démarrer l’enquête. L’instinct maternel de Valérie lui fait craindre le pire. Alexandre est un garçon sage, sportif, et passionné par les jeux vidéo. Inscrit au collège Clermont, il dévore la vie avec gourmandise. Autant dire que Valérie ne croit pas une seule seconde à la thèse d’une fugue. Il lui est nécessairement arrivé quelque chose. Mais quoi ? Ni une, ni deux, la jeune femme se rend à l’hôtel de police de la rue O'Quin. Un fâcheux détail a de quoi inquiéter les proches d’Alexandre. Son vélo a été découvert face au 13 rue de Galos, à quelques mètres du domicile de son père. Accroché par un câble à un panneau de signalisation, le deux-roues a été stationné là. Il ne présente aucune trace de sang, ni trace d’un accident.

L’affaire se présente donc plutôt mal car les indices sont maigres 

L’enquête de police débute dès le lundi matin. Dans le même temps, Valérie Lance contacte la presse locale. Chacun découvre le visage fin de ce gamin de 14 ans, aux yeux d’un bleu intense et aux cheveux châtain clair coiffés à la Justin Bieber. En quelques jours, sa photo s’affiche partout : des abribus aux vitrines de bon nombre de commerces palois, tandis que les appels à témoins circulent sur Facebook. Les témoignages affluent de partout mais, hélas, Alexandre Junca ne donne aucun signe de vie. Au commissariat, les enquêteurs tentent de reconstituer le trajet séparant son départ du quartier Saragosse jusqu’à l’endroit où son vélo a été découvert. Une caméra de vidéosurveillance installée rue Carnot fournit un détail capital : peu avant 23h, Alexandre circulait seul. Sans inquiétude notable. Il faut donc découvrir ce qui s’est passé, l’espace de quelques minutes, sur ces quatre cent derniers mètres le séparant de son domicile. 

► l'affaire Junca