Replay du jeudi 4 mars 2021

L'affaire Désiré Landru : Désiré, épisode n°4 fin de parcours

- Mis à jour le

Printemps 1915, une dame veuve, originaire d’Oloron, s’installe à Paris où elle fait la connaissance d’un séduisant Monsieur qui se propose de l’embaucher. Thérèse Laborde disparait subitement. La police lance un avis de recherche, en vain. Jusqu’à ce jour d’avril 1919…

De vieux carnets ont été retrouvés
De vieux carnets ont été retrouvés

L’affaire rebondit quatre ans plus tard. Le 12 avril 1919, la police judiciaire parisienne interpelle un homme qui dit se nommer Lucien Guillet. Le ténébreux barbu collectionne les fausses identités et les adresses fictives. Les enquêteurs abattent aussitôt leurs cartes. Ils accusent le quinquagénaire de quatre assassinats. Quatre femmes qui auraient subitement disparu de février 1915 à janvier 1919. Les policiers du Quai des Orfèvres partent aussitôt perquisitionner le domicile du suspect, au 76 rue de Rochechouart dans le 9ème arrondissement parisien. En fouillant ses affaires, ils mettent la main sur plusieurs carnets de couleur noire. Le suspect, aussi avare que méticuleux, avait pris l’habitude de tout noter, au détail près : ses rencontres, ses fausses identités, ses adresses multiples, et surtout le fruit de ses innombrables vols et escroqueries. Placé en garde à vue, le suspect finit par décliner son vrai nom : Henri-Désiré Landru, 50 ans.

Qui est donc cet individu ?

L’homme est une vieille connaissance de la police. Lorsque la guerre éclate, en 1914, Landru purge une peine de prison pour escroqueries. L’homme affirmait vendre des bicyclettes par correspondance. Sauf qu’après avoir encaissé l’acompte, il s’évaporait aussitôt et ne livrait jamais l’objet promis. Autre spécialité de Landru : l’escroquerie au mariage. Tandis que les hommes sont mobilisés sur le front de l’est, leurs épouses s’ennuient. Landru se sait charmant, séducteur voire beau parleur. Il profite des petites annonces insérées dans la presse pour approcher 283 dames auxquelles il promet le mariage, moyennant quelques dons en argent ou en meubles. Mais la police judiciaire enquête aussi sur la disparition inexpliquée d’une dizaine de jeunes femmes en région Parisienne. Les enquêteurs scrutent à la loupe les petits carnets noirs de Landru. L’un d’eux va soudain relancer l’enquête sur la disparition de Thérèse Laborde.