Replay du vendredi 11 juin 2021

L'affaire du curé de Malatas : vent de révolte, épisode n°5 un siècle trop tôt

Octobre 1661, le curé du de Moncayolle, surnommé Matalas, est arrêté et emprisonné. Les autorités royales lui reprochent d’avoir fomenté une révolte populaire faite de paysans et de bergers habitant la Soule. Matalas est condamné à mort. Son exécution a lieu à Mauléon-Licharre, le 8 novembre 1661.

Le curé de Matalas meurt décapité à la hache par le bourreau
Le curé de Matalas meurt décapité à la hache par le bourreau © Getty - Fanatic Studio

Le commandant des Mousquetaires du Roi, Don Calvo, supervise l’exécution. Comme prévu, Matalas meurt décapité par la hache du bourreau. L’ancien curé de Moncayolle compte malgré tout plusieurs fidèles qui s’empressent de déposer sa dépouille à la Chapelle Saint Jean de Berraute. Et pour que nul ne s’avise de recommencer, les cavaliers du Roi accrochent sa tête ensanglantée à l’un des canons du Château de Mauléon. Elle sera ensuite exposée deux mois durant à l’entrée de la ville. Une nuit d’hiver, une main anonyme la subtilisera discrètement afin de l’inhumer dans un lieu tenu secret. Nul n’a jamais retrouvé la tête de Matalas. Sitôt leur besogne remplie, les Mousquetaires rentrent à Bordeaux. Leur chef, Don Calvo, n’oublie pas de se remplir les poches. Il profite de ce bref passage en Soule pour réclamer la coquette somme de 20.000 livres. En réparation, selon lui, du sang versé par ses soldats lors de cette expédition.

Que reste-t-il aujourd’hui de cette douloureuse page d’histoire, en Soule ?

Du curé de Matalas, il ne subsiste sans doute plus grand-chose. Sinon une croix longtemps apposée à un carrefour du centre de Mauléon-Licharre. Là même où il fut exécuté. Demeure, malgré tout le souvenir de l’une des grandes pages de l’histoire de cette petite province basque. Trois siècles plus tard, le poète souletin Etxahun rend un vibrant hommage au curé de Matalas. Il crée une pastorale à sa mémoire, dans le village d’Esquiule. L’histoire retiendra que c’est un petit curé de campagne qui a eu l’audace de se dresser contre les privilèges exorbitants des seigneurs locaux lorsque les paysans souletins crevaient sous le poids des taxes de toute sorte. L’éphémère révolte du curé de Matalas esquisse, avec un siècle d’avance, un autre soulèvement populaire. Bien plus célèbre, bien plus radical. En 1789, la Révolution Française commence. Avec sa cohorte de têtes coupées. Mais cela, c’est une autre histoire...

Mots clés: