Replay du mardi 19 janvier 2021

L’affaire Jean Joseph de Laborde : riche, comme Crésus, épisode n°2 : petit Jean

Le destin extraordinaire d’un béarnais, Jean-Joseph Laborde, devenu l’un des hommes les plus importants du royaume de France. Un homme qui sera pourtant guillotiné sous la Révolution.

Sur le port de Bayonne, Jean-Jacques Laborde devient importateur de café et de thé
Sur le port de Bayonne, Jean-Jacques Laborde devient importateur de café et de thé © Getty - Daniel Hurst Photography

Au terme d’un épuisant périple, le père Laborde et son gamin arrivent enfin à Bayonne. C’est ici, au cœur de cette florissante cité Gasconne, qu’un cousin éloigné, Joseph Laborde, est devenu un marchand prospère et respecté. Du haut de ses dix ans, Jean-Joseph frissonne en découvrant une ville qui grouille de partout. Bayonne est, à l’époque, la plaque tournante du négoce de chocolat, du maïs, et des tissus. Le cousin installe le garçonnet dans ce qui sera sa chambre. Dès demain, Jean-Joseph sera au boulot. Puisqu’il sait écrire et compter, il tiendra le registre des ventes et achats de cette entreprise de négoce installée rue du pont Mayou. Jean-Joseph apprend vite. Levé aux aurores, couché à minuit, Petit Jean bosse à l’œil, comme beaucoup d’enfants à l’époque. Les subtilités du commerce maritime avec l’Espagne et le Portugal n’ont plus aucun secret pour lui. Les années passent. Son patron fait de lui son associé

Jean-Joseph Laborde se passionne très tôt pour le négoce maritime

Laborde souffle à peine sa seizième bougie lorsqu’il prend du galon. Le voilà qui entame ses premiers voyages professionnels. De Lyon à Bilbao, Jean-Joseph affiche des qualités de négociant hors pair ! Il devine que l’Espagne sera l’incontournable porte d’entrée vers les Indes et les Amériques… Les affaires sont florissantes. Ses pairs l’admirent. Le jeune prodige décroche le titre de Maître au sein de la prestigieuse Compagnie Bayonnaise des marchands de draps et mercerie. Lui qui n’avait pas un sou en poche à son arrivée affiche, à 24 ans, un pécule impressionnant. Sur le port de Bayonne, Jean-Joseph devient un acteur clef du négoce maritime avec l’Espagne. Importateur de fer, de thé ou de café, Laborde exporte aussi.  Des draps, du sel, du poisson, des fusils, de l’armagnac… Sa réussite en affaires tient en une recette toute simple : « écoutez votre interlocuteur, devinez ses besoins, et soyez avare de grandes paroles ».

Mots clés: