Replay du jeudi 21 janvier 2021

L’affaire Jean Joseph de Laborde : riche, comme Crésus, épisode n°4, l'argent et la vertu

On le disait riche comme Crésus. Jean-Joseph Laborde, ce béarnais né dans la misère en 1724, est devenu l’un des hommes les plus riches du royaume de France. Négociant hors pair sur le port de Bayonne, il poursuit sa fulgurante ascension en lorgnant du côté de la Capitale…

Jean-Jacques Laborde devient el banquier officiel du roi de France
Jean-Jacques Laborde devient el banquier officiel du roi de France © Getty - Peter M. Fisher

A regret, l’ex-négociant du port de Bayonne quitte la province pour s’installer dorénavant à Paris. A ses yeux, être un riche commerçant, c’est bien. Mais, devenir noble, c’est encore mieux ! A 32 ans, Jean-Jacques Laborde achète la charge de conseiller et secrétaire du Roi. Au passage, il s’offre une particule et devient M. de Laborde. Le trentenaire béarnais accède au sommet de sa gloire lorsqu’il devient le banquier officiel du Roi de France ! Un poste clef d’où il supervise tout ce qui touche aux affaires de la couronne, des affaires diplomatiques à l’encaissement des impôts directs et indirects… Consécration ultime, de Laborde devient fermier général. Une sacrosainte mission qui consiste à percevoir les gabelles, l’or, l’argent, le fer, ainsi que les taxes sur les marchés de Paris. La Fortune personnelle de Monsieur de Laborde atteint des sommets. Il rachète nombre de châteaux, de fonderies ou de fermes. De l’argent à ne plus savoir qu’en faire.

De Laborde est l’un des hommes les plus riches de son époque. Mais à quel prix ?

Ses profits sont immenses. Les risques qu’il prend le sont tout autant. Jean-Jacques De Laborde assume la double casquette de banquier du Roi et de fermier général. D’un côté, il prête de l’argent, sur ses fonds privés, au Roi de France qui le rembourse moyennant de juteuses commissions. De l’autre, il gère les deniers publics de l’État ! Un curieux mélange des genres qui pourrait bien finir par lui coûter très cher… En attendant, de Laborde est la coqueluche des puissants hommes de l’époque : Louis XV, Choiseul, Voltaire… Investisseur avisé, constructeur de sublimes châteaux, il se dit millionnaire vertueux, investissant sa fortune dans les colonies, le mécénat, et la construction d’immeubles à Paris. Lorsqu’il entame l’écriture de ses mémoires, l’ex-enfant pauvre dira, de l’argent, qu’il s’agit d’une « matière perfide qui séduit tout, corrompt tout et avilit l’humanité ». En mai 1789, la Révolution Française débute. On annonce la fin de l’ancien monde.

Mots clés: