Replay du lundi 22 juin 2020

Le passeur / Épisode n°1 : Descente de train (Affaire Gustave Del Estal)

Dans le département des Basses-Pyrénées, l’armistice signée en mai 1945 ne rime pas nécessairement avec réconciliation. Certains vont maintenant devoir rendre des comptes. Direction Hendaye un beau matin de Juin 1945…

Le passeur rendra-t-il des comptes à la justice ?
Le passeur rendra-t-il des comptes à la justice ? © Getty - Arterra/Universal Images Group

Mercredi 27 juin 1945, un généraux soleil illumine la baie d’Hendaye. Le train en provenance de Paris entre en gare. Une foule de voyageurs met pied à terre. Parmi eux, un homme vêtu d’un costume gris marche à grands pas, valise à la main. Le voyageur semble visiblement pressé de rejoindre le pont international séparant la France et le royaume d’Espagne. Il n’a même pas remarqué la présence de cinq policiers en civil qui le suivent pas à pas, depuis sa descente à quai. L’un d’eux s’approche : « police française, présentez-moi vos papiers, s’il vous plaît ! ». Le voyageur s’exécute. Nom : Del Estal. Prénom : Gustave. Né le 31 mai 1913 à Neumesnil, dans le Nord. L’inspecteur se présente : « Surveillance du Territoire, suivez-nous ! ». Le trentenaire est menotté sans ménagement et embarqué à l’intérieur d’une Traction noire garée dans la cour. Direction : l’hôtel de police de Bayonne. L’homme est placé en garde à vue.

Le jeune homme se demande bien ce que lui veulent ces policiers en costume gris…

« Qu’ai-je donc fait de mal ? » s’écrie-t-il. Au commissariat, ces policiers venus tout spécialement de Bordeaux font les présentations. Voilà deux ans que l’Inspecteur Jules Bourdalle et ses hommes enquêtent sur Gustave Del Estal. Ils le soupçonnent d’avoir été, durant la guerre, un traître à la solde des allemands. L’interrogatoire commence. Le suspect dit être né, en France, d’un couple d’émigrés espagnols venu tenter leur chance dans le Nord, en 1910. Peu avant la première Grande Guerre, ses parents rentrent rapidement au pays, près de Santander. Del Estal devient chauffeur-mécanicien lorsqu’en 1936, la Guerre Civile éclate au royaume d’Espagne. Le jeune homme s’engage d’abord au côté des franquistes, puis dans le camp des Républicains. Jeté en prison, il sera libéré après avoir menti en se déclarant… de nationalité française! Avril 39, Del Estal passe la frontière et se met à l’abri à Bayonne. Ici, une autre guerre va éclater...