Replay du jeudi 25 juin 2020

Le passeur / Épisode n°4 : La fuite du salaud (Affaire Gustave Del Estal)

Il y a 75 ans, le 27 juin 1945, les policiers interpellaient, en gare d’Hendaye, un trentenaire soupçonné d’avoir collaboré avec l’occupant Allemand, deux ans plus tôt, du côté d’Oloron-Sainte-Marie. Au cœur de cette enquête, il y a l’arrestation de cinq résistants, tombés aux mains de la Gestapo...

1945, la France pourchasse les collabos
1945, la France pourchasse les collabos © Getty

Les cinq prisonniers sont aussitôt conduits dans les sous-sols de la Villa Briol, siège de la Gestapo en Haut-Béarn. Durant plusieurs jours, ils sont interrogés sous la torture. Les coups pleuvent, les cris aussi. Avant de partir en déportation, les cinq prisonniers devinent qu’ils ont été balancés : Del Estal, le passeur qui devait les conduire en Espagne, commet l’imprudence de s’afficher dans les couloirs de la Gestapo. Cigarette à la main, il plaisante avec les officiers Allemands. A Oloron, l’annonce de cette arrestation se répand comme une traînée de poudre. Les langues se délient. Del Estal passe ouvertement pour un collabo. Dans la nuit du 24 juillet 1943, des inconnus tirent plusieurs coups de feu sur la façade de son domicile, 7 rue Cujas. Le jeune Espagnol comprend qu’il est grand temps de changer d’air. La police française ouvre une enquête. Interrogée, l’épouse de Del Estal affirme que son mari est parti à Pau, sans autre précision. 

Que découvrent les policiers Oloronais en perquisitionnant son domicile ?

En perquisitionnant le domicile du suspect, le Commissaire Mignon et ses hommes mettent la main sur six cartouches et un revolver calibre 7,65. Détail accablant : ces armes et munitions appartiennent à la Gestapo. Voilà la preuve de ce que la rumeur publique colportait : Del Estal est un collaborateur à la solde de l’ennemi Allemand. L’homme s’est subitement volatilisé. Il s’est planqué Outre Rhin. Deux ans plus tard, l’heure de l’Armistice a sonné. Signer la Paix ne signifie pas pardonner ! La justice lance de nombreuses enquêtes afin de châtier les collabos qui ont livré des résistants à l’ennemi. A Pau, le dossier Del Estal sort du placard. Les policiers chargés de la surveillance du territoire finissent par le localiser en Allemagne. Il est urgent de lui mettre la main dessus car l’homme se sait recherché. Il tenterait même de se mettre à l’abri en Espagne, le pays de ses ancêtres. Peine perdue. Il est arrêté juste avant, ce 27 Juin 1945, en gare d’Hendaye...