Replay du lundi 12 avril 2021

Louis et Mireille - Épisode n°1 / C’est un beau roman, C’est une belle histoire

- Mis à jour le

Mercredi 10 avril 1991, un retraité palois alerte les secours : il vient de blesser mortellement Mireille, son épouse, en nettoyant son arme de collection. Dit-il la vérité ou bien cacherait-il autre chose ?

La maison du couple Arnaud
La maison du couple Arnaud © Getty - Andreas von Einsiedel

Louis et Mireille habitent la très huppée avenue Trespoey à Pau. Ici, d’élégantes maisons de maîtres côtoient d’anciennes villas anglaises construites au temps où la colonie britannique avait posé ses valises au pied des Pyrénées. Autrefois baptisé le petit « Neuilly Palois », ce quartier calme et verdoyant attire la bourgeoisie commerçante et les familles aisées. C’est en 1975 que Louis Arnaud a élu domicile au numéro 107 de l’avenue Trespoey. Âgé alors d’une cinquantaine d’années, Louis travaille au sein de la prestigieuse Société Nationale des Pétroles d’Aquitaine (SNPA) qui exploite, à l’époque, le gisement de gaz naturel à Lacq. Un emploi qui lui permet d’oublier un divorce particulièrement houleux dont il se remet péniblement : « Mon épouse, elle m’a mis sur la paille ! ». Fuyant la solitude, Louis Arnaud se met en ménage avec Mireille, une femme veuve à peine plus jeune qu’il a rencontrée au Maroc, il y a bien longtemps.

Les deux amants ont de nombreux points commun

Sur leur acte de naissance, les deux amants partagent un point commun. L’un et l’autre ont vu le jour au soleil de l’empire Chérifien. Louis est natif de Meknès tandis que Mireille a grandi à l’ombre de la cité portuaire de Safi, sur la côte atlantique. Le Maroc vit alors sous le protectorat de la France. Comme beaucoup, Louis et Mireille ont savouré l’exil doré de cette colonie. Jusqu’à ces graves évènements de 1956 qui ont contraint nombre de français à rentrer au pays par le premier bateau venu. Louis et Mireille se sont connus là-bas. Mais de retour en métropole, chacun a fait sa vie de son côté. Deux décennies plus tard, Louis divorce de sa première épouse tandis que Mireille est devenue veuve, très jeune. Les deux quinquagénaires tentent la vie commune avant de s’unir, en secondes noces, devant Monsieur le Maire de Pau. Tout allait bien en apparence jusqu’à ce sombre mercredi 10 avril 1991 : Louis Arnaud vient de tuer son épouse !