Affaires classées racontées par Thierry Sagardoytho

Une première piste sérieuse ?
Une première piste sérieuse ? © Getty

Au nom du Fils... / Épisode n°3 : La Traque (Affaire Cathy Livarek)

Diffusion du mercredi 27 novembre 2019 Durée : 2min

En janvier 2012, un collégien bayonnais disparaît subitement. Le proviseur donne l’alerte. Les policiers suspectent la mère de l’adolescent d’avoir organisé sa disparition. Pourquoi ? Parce que 8 ans plus tôt, déjà, elle l’avait enlevé pour l’éloigner de son père…

L’antenne bayonnaise de la PJ pressent que l’enquête sera longue et complexe. Les enquêteurs passent la vie de Cathy Livarek au crible. Premier constat : la mère ravisseuse avait préparé sa fuite de longue date. Deux mois plus tôt, en novembre 2011, elle vide ses comptes bancaires : 50.000€ retirés en petites coupures. Voilà de quoi financer une cavale et voir venir. Second constat : la suspecte s’est bien gardée de mettre son entourage dans la confidence. Sa propre mère ignorait tout de ce prochain départ. Troisième constat : Cathy Livarek n’a pas agi seule ! Elle a pris soin de s’entourer de solides complicités. L’audition des collégiens présents lors de l’enlèvement de Ruben livre une précision capitale : son ravisseur est un homme d’une cinquantaine d’années, de grande taille, et porteur d’une boucle d’oreille. Il circulait à bord d’une berline allemande de couleur sombre. Hélas, aucun d’eux n’a noté la plaque d’immatriculation.

Les policiers scrutent le moindre signe de vie de l’adolescent. En vain. Ruben n’utilise aucun téléphone portable. Il est invisible sur les réseaux sociaux. Qui est il ? Plusieurs témoins brossent le portrait d’un ado fragilisé mais lucide sur la guerre qui oppose ses deux parents. Le témoignage d’une amie inquiète les enquêteurs. Ces derniers temps, Cathy basculait dans l’irrationnel au point de s’intéresser au maniement des armes. Disait-elle vrai lorsqu’elle projetait même d’assassiner le père de Ruben ? Interpol lance une gigantesque traque au Maroc, en Espagne, au Royaume-Uni, ou en Israël. En épluchant des centaines de listings téléphoniques, les policiers notent un détail. Avant de prendre le large, Cathy Livarek entretenait une relation téléphonique assidue avec un certain Thierry Grandjean. L’homme, domicilié près de Paris, se dit astrologue. Son portable finit par le trahir. Le jour de l’enlèvement, il était à Bayonne…