Replay du vendredi 31 janvier 2020

Du Sel dans le Sang / Épisode n°5 : Châtiment (Affaire Bernard Laborde-Taa)

Hiver 1825. Un laboureur, habitant le quartier de Beigmau, est assassiné dans la chambre à coucher de son habitation. Les gendarmes suspectent son fils de l’avoir assassiné...

Quel sort attend le parricide ?
Quel sort attend le parricide ? © Getty

Les gendarmes présentent Bernard Laborde-Taa au juge d’instruction qui l’inculpe du crime de parricide. Aux yeux du code pénal, ce crime se situe au sommet de la pyramide car il menace l’ordre social tout entier. Le code Napoléonien, adopté vingt ans plus tôt, considère que le fait de tuer son père constitue le crime le plus grave dans la société patriarcale du XIXème siècle. Pour le punir, la loi lui réserve une peine exemplaire : la mort ! Mais, elle s’applique d’un cérémonial particulier : le parricide sera conduit sur le lieu de l’exécution, en chemise et nu-pieds, la tête couverte d’un voile noir. Il sera exposé à l’échafaud tandis qu’un huissier fera lecture à la foule de l’arrêt de condamnation. Le condamné aura ensuite le point droit coupé à l’aide d’une hache. Il sera ensuite guillotiné. A l’issue de son interrogatoire, le jeune salisien est écroué à la prison d’Orthez. Il crie haut et fort son innocence. En pure perte. Mai 1825, son procès commence.

Comment ce procès criminel se déroule-t-il ?

La bonne bourgeoisie salisienne se presse aux portes de la cour d’assises, siégeant au parlement de Navarre à Pau. L’accusé n’en démord pas. Les témoins qui l’accusent d’avoir menacé son père de mort ? « Ils exagèrent ! ». Les confidences apeurées de son défunt père qui le craignait ? « Pur mensonge ». Le président de la cour avance patiemment les éléments qui accablent le jeune laboureur. Les jurés devinent que Bernard Laborde-Taa a assassiné son père pour de l’argent. Le fiston souhaitait se marier avec la fille Coussirat. Afin de s’assurer de confortables revenus, il a demandé à son père de lui céder les parts de son compte d’eau salée, à la fontaine de la ville. Refus catégorique. Bernard se dit alors qu’il pourrait hériter et devenir, à son tour, un part-prenant. Comment ? En l’assassinant. Verdict : la mort ! Deux mois plus tard, la guillotine est installée sur la place communale. La veuve expédie le fils indigne en enfer...

Mots clés: