Affaires classées racontées par Thierry Sagardoytho

Le duel Jaurès-Deroulède, illustration d'époque
Le duel Jaurès-Deroulède, illustration d'époque © Getty

Duel au Sommet / Épisode n°1 : Foule à Hendaye (Affaire Jean Jaurès - Paul Deroulède)

Diffusion du lundi 9 décembre 2019 Durée : 2min

Décembre 1904, Jean Jaurès s’apprête à se battre en duel avec son ennemi juré, le nationaliste Paul Deroulède. Comment deux hommes forts de la vie politique Française en sont-ils venus à risquer leur vie, armes à la main, sur une île située au large d’Hendaye ?

La ville d’Hendaye et la frontière avec l’Espagne sont placées sous très haute surveillance ce mardi 6 décembre 1904. Des gardes républicains patrouillent discrètement à cheval tandis que les policiers tentent de contenir la foule des badauds. Plusieurs dizaines de journalistes accourent de Paris et de Madrid pour assister à l’évènement du jour ! Jean Jaurès, l’icône du Socialisme en France, a donné rendez-vous, sur l’île aux Faisans, au nationaliste Paul Deroulède. Dans ce pré habité d’ordinaire par des canards, les deux hommes politiques vont se battre en duel ! Selon une tradition héritée de l’Ancien Régime, chaque adversaire tiendra une arme à feu. Sous l’œil de quatre témoins, ils marcheront l’un vers l’autre. Avant le troisième temps, chacun aura tiré. La suite, ce peut être la mort ou la vie. Seul le destin en décidera. C’est dire la gravité de l’évènement politique et médiatique qui se prépare sur cet îlot situé entre France et Espagne. 

Sous la IIIème République, se battre en duel était chose courante dans les milieux politiques, littéraires et journalistiques. Qu’un mari cocufié s’estime déshonoré et voilà qu’il convoque son rival adultérin en duel. Qu’un homme politique, un journaliste, ou un écrivain s’estime offensé, injurié ou diffamé, suffit à ce qu’il offre à son ennemi juré de régler le différend entre hommes, à la loyale ! Aux origines lointaines du duel, il y a la croyance que ce combat, à coup d’épées ou de pistolets, place deux hommes à égalité face à leur destin. Comme si l’issue d’un duel reposait dans le Jugement de Dieu ; une sorte de « fortune aux yeux bandés » selon les historiens. Lamartine, Raspail, Victor Hugo, Alexandre Dumas, ou Léon Blum ne sont que quelques noms des duellistes célèbres ou anonymes qui, pour certains, y ont perdu la vie. Ce 6 décembre 1904, au large d’Hendaye, deux hommes politiques français ont rendez-vous avec leur destin…