Affaires classées racontées par Thierry Sagardoytho

Le GIGN, prêt à passer à l'action...
Le GIGN, prêt à passer à l'action... © Getty

Floréal, Parce qu’il le valait bien ! / Épisode n°1 : le Forcené (Affaire : Floréal Garrido)

Diffusion du lundi 13 janvier 2020 Durée : 2min

Mercredi 11 janvier 1978, les journaux télévisés du soir ouvrent leurs éditions sur un titre : un forcené menace de faire exploser la salle des ordinateurs, à l’Arsenal de Tarbes. Le GIGN est sur place. Quelques instants plus tôt, l'homme a assassiné un cadre de l’établissement...

Mercredi 11 janvier 1978, il est 20h. Les journaux télévisés de TF1 et Antenne 2 ouvrent leurs éditions du soir sur un titre : à Tarbes, un forcené s’est retranché dans la salle des ordinateurs de l’arsenal militaire. L’homme serait un employé sans histoire. Il déclare à la police qu’il est lourdement armé et menace de faire tout exploser ! L’affaire est sérieuse : en fin d’après-midi, ce quadragénaire a froidement assassiné un cadre de l’établissement. Trois balles tirées coup sur coup. Quelques instants plus tard, le tireur fou a déboulé dans le bureau de Claude, le responsable du service qualité. Sans dire un mot, il a pointé son arme sur la nuque de l’ingénieur et a tiré. Le malheureux s’effondre, la tête ensanglantée. Le meurtrier ignore que la balle a miraculeusement épargné le cerveau de sa victime. Le tireur s’enfuit vers la salle des ordinateurs où il s’enferme à double tour. A cet instant, le bilan est terrible. Il y a un mort et un blessé grave.

A l’arsenal, l’alerte est donnée aussitôt…

La police se rend rapidement sur place. Plusieurs témoins affirment que le meurtrier est armé d’une 22 long rifle, d’un pistolet 7,65 et de plusieurs bâtons de dynamite. Le commissaire de police de Tarbes prend contact, par téléphone, avec le forcené. « Quelles sont vos revendications ? ». Enfermé dans son bunker, l’homme semble fébrile. Il exige qu’on lui fournisse un véhicule pour prendre la fuite. Mais avant, il fera… une halte à son domicile à Aureilhan, « le temps de prendre quelques affaires ». Sinon, qu’on l’entende bien : il fera tout sauter ! Quelques instants plus tard, le forcené appelle le standard de la station radio Europe n°1. Prétextant de participer au jeu-vedette le Fil Rouge, il profite d’être à l’antenne pour exprimer ses revendications à la France entière. Le forcené semble aussi perturbé que dangereux. L’épreuve de force commence. Dans la soirée, le préfet de Tarbes annonce que le GIGN est en route...